L'armada Belgacom TV semble bien se comporter après des débuts pourtant sinueux. L'ex-commentateur de Canal + peut en témoigner.
...

L'armada Belgacom TV semble bien se comporter après des débuts pourtant sinueux. L'ex-commentateur de Canal + peut en témoigner. Tout s'est précipité en quelques jours. J'ai été contacté alors que j'étais en vacances et j'ai pris ma décision à mon retour. C'était aux alentours de la mi-juillet, peu de temps avant le début du championnat 2005-2006. C'est le moins que l'on puisse dire ! On était deux journalistes, Marc Delire et moi. Tout était à faire : il fallait s'occuper de trouver une équipe compétitive, du réalisateur aux consultants. Je dois admettre que l'on était inquiet. Mais d'un autre côté, ce manque de repère ajoutait une dimension supplémentaire au projet. C'est vrai que je m'épanouissais avec le championnat de Belgique. Il existe un aspect relationnel qui est absent quand on part commenter un match à l'étranger, seul avec son casque, au beau milieu de 50 journalistes. Mais c'est aussi un choix stratégique. Je me suis demandé où l'avenir se situait et j'ai choisi de monter à bord du bateau qui quitte le port. Non pas du tout, je garde des contacts réguliers avec plusieurs membres de la chaîne. Certains sont d'ailleurs de véritables amis. Ils ont juste tenté de me convaincre de rester. J'ai pris ça comme une formidable reconnaissance. Que ce soit au niveau de la réalisation ou de la connaissance journalistique, la barre était placée très haute chez Canal+ et puis sur Be TV. J'ai voulu que l'on soit crédible aux yeux des gens. Les venues de Johan Walem et de Bertrand Crasson vont dans ce sens. En plus, on essaye parfois d'apporter un ton décalé, une dose de fun aux téléspectateurs. On aimerait créer une émission débat, assez proche de ce qui se fait en France avec Eugène Saccomano sur LCI. Donc pas d'images de foot mais des invités qui donneraient un avis éclairé et parfois tranché, mais ceux-ci seraient crédibles... T.B.