Tiré de son lit la semaine dernière à l'aube par le Parquet d'Hasselt pour être interrogé dans la présumée affaire de corruption, Jacky Mathijssen laissa tomber, flegmatique, à la presse : - On m'a convoqué comme témoin.
...

Tiré de son lit la semaine dernière à l'aube par le Parquet d'Hasselt pour être interrogé dans la présumée affaire de corruption, Jacky Mathijssen laissa tomber, flegmatique, à la presse : - On m'a convoqué comme témoin. Mais le quotidien limbourgeois HetBelang van Limburg, qui suivait l'affaire à la trace, fit réagir un employé du Parquet à la réflexion du coach carolo : -Comme témoin ? Il dit ce qu'il veut mais pour nous, il est suspect.Magnifique ! On vit vraiment dans un Etat de démocratie, hein ! Le secret de l'instruction est bafoué et û forcément û la présomption d'innocence devient une vue de l'esprit. Le tsunami médiatique de la semaine dernière a fait penser à un match où l'arbitre ne punissait pas les tacles par derrière. Difficile de s'y retrouver sauf sur deux points : le football belge a probablement une grosse affaire de corruption sur les bras et si la justice s'en mêle, on ne se contentera pas de sanctions sportives qui font toujours penser à un emplâtre sur une jambe de bois. Le président fédéral Jan Peeters a eu raison de dire qu'il était satisfait que le Parquet fasse son enquête... Au moins, comme dans les affaires de dopage qui salissent le cyclisme belge, on a les moyens de crever l'abcès, de trouver et de punir les coupables. Jusqu'à présent, les affaires de corruption du football ont surtout fait trinquer des lampistes. Ici, on risque d'aller plus loin s'il y a matière. En attendant, faisons confiance à la justice. Tôt ou tard, les vagues emporteront les éventuels coupables. Samedi soir, au Brussels, le Standard a pris trois points vitaux pour sa lutte européenne grâce à son gardien Vedran Runje, avant tout. Sambegou Bangoura a marqué un but à la George Weah, mais si on avait inversé les gardiens, le Brussels aurait gagné 2-0. Cela dit, les Rouches restent quatrièmes, ce qui n'est pas mal quand on joue à dix pendant tout le match. Milan Rapaic et Wamberto sont loin d'être à 100 %. C'est même plus grave pour le Croate qui n'a pas eu la jambe cassée et n'a pas dû peiner pour revenir. Il joue en marchant et doit porter un sous-pull sous son maillot pour ne pas avoir froid. D'accord, le jeu du Standard n'est pas taillé sur mesure pour son style de jeu, mais cherchez l'erreur alors. A l'inverse, et malgré des critiques que nous ne comprenons pas, Sergio Conceiçao se bat toujours comme un lion. C'est peut-être lui qui devrait jouer derrière Bangoura dans l'axe et non sur le flanc... Quant au Brussels, il a prouvé qu'il jouait de mieux en mieux au football et c'est sans doute une bonne nouvelle... à condition de garder la tête froide pour pouvoir défendre ses chances jusqu'au dernier souffle. Le fonds de jeu, c'est quand même le trésor d'une équipe, non ? Dans un autre registre, nous donnons la parole dans ce numéro à des témoins privilégiés de la vie de quelques-unes des stars de notre football, fête de Saint-Valentin oblige. Cela va de Madame Deflandre à la maman de Vincent Kompany en passant par la compagne de Silvio Proto. Ces témoignages sont toujours originaux, honnêtes et sensibles, et permettent d'encore mieux connaître les footeux concernés. La mère du Soulier d'or insiste, par exemple, sur le fait qu'il serait plus à l'aise dans l'entrejeu qu'en défense. Parce que ses approximations y seraient plus faciles à réparer. Voilà un commentaire qui ne va pas plaire à Hugo Broos, sans doute, mais bien à Aimé Anthuenis qui continuera ses essais à l'ombre des pyramides. Pour différentes raisons qui n'échappent à personne, les deux entraîneurs et le joueur ne seront certainement plus amenés à beaucoup travailler ensemble à terme. Voyons jusqu'où l'héroïque ado peut aller dans l'entrejeu, pourquoi pas ? Mais ne nous braquons pas sur cette anecdote tactique. Les Diables Rouges ont besoin d'un grand entretien hivernal et d'un rééquilibrage d'une finesse jamais atteinte récemment. Bref, sans prendre un pharaon ou Napoléon pour témoin, on espère pouvoir contempler quelque chose du haut de ces pyramides, Aimé. par John BaeteOn espère POUVOIR CONTEMPLER QUELQUE CHOSE du haut de ces pyramides, Aimé !