Il y a peu, le défenseur Olivier Guilmot (27 ans) était encore un joueur en vue. Il évoluait à La Louvière et formait avec Geoffray Toyes un excellent axe central. Beaucoup louaient son rendement, sa constance et son intelligence de jeu. Suite aux problèmes des Loups, il a trouvé refuge à Mons, club promu. Il comptait y relancer sa carrière et ce, sous la houlette de José Riga. Mais les choses se sont avérées plus compliquées que prévu. Recruté durant l'intersaison, Guilmot devait apporter son expérience de la D1 pour renforcer la défense des Dragons et participer à la lutte pour le maintien. Au vu des qualités footballistiques de cet ingénieur civil de formation, sa situation est difficilement compréhensible. Les quatre intervenants ont tous répondu à la même question : " Pourquoi Olivier Guilmot ne perce-t-il pas à Mons ?"
...

Il y a peu, le défenseur Olivier Guilmot (27 ans) était encore un joueur en vue. Il évoluait à La Louvière et formait avec Geoffray Toyes un excellent axe central. Beaucoup louaient son rendement, sa constance et son intelligence de jeu. Suite aux problèmes des Loups, il a trouvé refuge à Mons, club promu. Il comptait y relancer sa carrière et ce, sous la houlette de José Riga. Mais les choses se sont avérées plus compliquées que prévu. Recruté durant l'intersaison, Guilmot devait apporter son expérience de la D1 pour renforcer la défense des Dragons et participer à la lutte pour le maintien. Au vu des qualités footballistiques de cet ingénieur civil de formation, sa situation est difficilement compréhensible. Les quatre intervenants ont tous répondu à la même question : " Pourquoi Olivier Guilmot ne perce-t-il pas à Mons ?" Jean-Paul Colonval, directeur technique de Mons, est évidemment très bien placé pour juger la situation de Guilmot : " Il n'est pas encore parvenu à s'imposer pour différentes raisons. D'abord, il ne faut pas oublier que Mons possédait une des meilleures défenses de la D2 la saison dernière. L'axe central formé par Roberto Mirri et Daré Nibombe avait toute la confiance du coach. Il est toujours difficile de faire face aux automatismes de deux défenseurs. Guilmot est aussi arrivé blessé en début de saison, ce qui n'a évidemment pas facilité son intégration. Il ne faut pas oublier non plus que chaque fois qu'il a joué, il est tombé dans des matches pourris ! Durant ces rencontres, toute l'équipe a sombré. Comme par exemple lors de notre défaite (3-0) au Cercle Bruges. C'est quelqu'un qui est très professionnel et très correct mais son avenir semble assez bouché chez nous. Surtout depuis l'arrivée du Brésilien Adriano Duarte. J'avais d'ailleurs dit à Guilmot qu'il pouvait partir durant le mercato, que personne ne l'en empêcherait. Mais il est resté. Pour réussir dans un club, il faut avoir de la chance. Un joueur tel que Fadel Brahami ne revient à la surface que maintenant. On ne s'impose que rarement directement. Mais attention, personne ne remet les qualités d'Olivier en doute. S'il avait eu de la chance, il aurait peut-être joué tous les matches d'affilée. Mais tout reste possible pour la suite... Comme on l'a souvent répété, il n'y a pas de noyau B à Mons ". Albert Cartier a eu Guilmot sous ses ordres lors du formidable parcours de La Louvière. " A la question de savoir pourquoi Guilmot ne perce pas, je n'ai aucune réponse. Ce n'est pas mon équipe. Je sais juste que c'est un joueur dont je n'ai jamais eu à me plaindre. Il a d'exceptionnelles qualités mentales et humaines. C'est un coéquipier modèle. C'est un gars qui a énormément de potentiel. Mais il marche à la confiance. C'est un homme très intelligent et il a besoin de recevoir des explications. Il faut qu'il ait un échange avec son entraîneur. Toutefois, Guilmot sait que tout part du travail. Je lui souhaite de trouver rapidement sa place et je suis persuadé qu'il va y arriver. Si je n'avais que des gars comme lui à coacher, je serais aux anges. Mais je ne suis pas étonné du fait qu'il ne perce pas à Mons. C'est le football ! Ce n'a donc rien à voir avec le contexte. Soit on réussit, soit on ne réussit pas. Je suis également sûr qu'il connaît les raisons pour lesquelles il ne s'est pas encore frayé un chemin. Il n'abandonnera pas et se remettra en question. Et il reviendra pour encore connaître de beaux moments footballistiques. Pour ce faire, il a besoin d'une véritable collaboration avec son entraîneur. De bonnes relations lui sont indispensables. Je suis convaincu qu'il a les cartes en mains pour changer sa situation. A La Louvière, il n'était, à la base, pas parti pour jouer avec Geoffray. Mais au fil des rencontres, ils sont devenus très solides et ont, au final, joué 33 fois ensemble. Les joueurs ont les clefs de leur réussite. Et Guilmot est bien tombé avec José Riga. C'est un coach qui a un concept et une philosophie de jeu ". Frédéric Tilmant a été le partenaire et l'entraîneur de Guilmot à La Louvière. " Ce qui est sûr, c'est qu'il n'est pas en confiance. A l'époque, on a joué les premiers rôles ensemble. Avec Toyes, il était très performant. Maintenant, tout est différent pour lui. Il est arrivé dans un club qui a éprouvé des difficultés en tout de début de saison. Ce n'est pas le genre de joueur à contrarier son entourage. Dans le vestiaire, il ne va jamais pousser une gueulante. Pour ce qui est de son niveau, je ne l'ai plus vu évoluer sur le terrain depuis pas mal de temps. Honnêtement, je ne m'inquiète pas pour lui. C'est un grand professionnel et il percera tôt ou tard au stade Tondreau. Il doit juste prendre son mal en patience. Il retombera toujours sur ses quatre pattes. C'est quelqu'un de très intelligent. Il trouvera très rapidement une solution. Il est d'ailleurs ingénieur, non ! (il rit) ". Gilbert Bodart a entraîné Guilmot à La Louvière et avait pour habitude d'encenser le joueur. L'entraîneur de Wevelgem City nous apporte un éclairage tactique. " C'est un joueur que j'apprécie énormément. Mais c'est un élément qu'il faut savoir utiliser. J'ai l'impression qu'il est plus à l'aise lorsque la défense évolue à trois. Il peut mettre en £uvre sa vision du jeu et sa bonne relance. Avec deux joueurs en couverture devant lui, il peut mieux commencer à construire le jeu. Pour cela, il me fait penser à Paul Okon. Il est aussi toujours là au bon moment. Ensuite, c'est quelqu'un qui a un niveau intellectuel plus élevé que celui de la plupart des footballeurs. Il faut donc savoir le gérer mais il ne fait pas de problèmes autour de lui. Chaque joueur a son caractère. Pour former une équipe, il faut donc composer avec différents paramètres. Mais c'est à l'entraîneur de trouver les solutions. Il faut que chacun reste à sa place. Guilmot est un garçon très disponible. Il n'y a pas plus professionnel que lui. Il ne rate jamais un entraînement et il ne râle jamais. Bon, il ne faut pas oublier qu'il a quand même quelques défauts. Le plus marquant est que c'est un défenseur lent... Mais je pense qu'objectivement, cette carence ne devrait pas trop porter à conséquence. D'autres joueurs aussi lents ont percé au plus haut niveau ". TIM BAETE