" En mars " a répondu Kevin Mirallas quand on lui a demandé, dimanche soir à Waregem, à quel moment il avait pris la décision de revenir en Belgique. À l'époque, il avait déjà parlé de son avenir avec sa famille. Six mois en Grèce (Olympiacos) et un an en Italie (Fiorentina) avaient empiété sur sa qualité de vie. À chaque fois, il avait dû s'adapter à une nouvelle culture, à un nouveau football. L'heure de faire un pas en arrière était venue. Financièrement aussi, ce retour en Belgique constitue un recul mais il a joué au plus haut niveau pendant des années et pour lui, l'argent n'était plus le facteur le plus important. Ce qu'il voulait, c'était retrouver une certaine stabilité. De plus, son fils aîné a sept ans. Lundi, avant l'entraînement, il l'a conduit à l'école à Brux...