Pour coprésenter l'Europa League à ses côtés, Stéphane Pauwels a tenu à s'entourer d'Anne Ruwet, journaliste à Standard TV.
...

Pour coprésenter l'Europa League à ses côtés, Stéphane Pauwels a tenu à s'entourer d'Anne Ruwet, journaliste à Standard TV. La brindille que je suis n'a pas la prétention de donner des leçons tactiques. Mais, en tant qu'amatrice, j'ai un avis qui mérite d'être entendu et confronté à d'autres. Je suis heureuse que RTL me donne cette chance. De toute façon, Colonval a joué la carte du tacle dans toute son interview. Pour moi, si. En télé, les échanges entre rédactions sont devenus monnaie courante. Regardez La Tribune. De plus, grâce à mon expérience au Standard, j'ai un £il plus attentif sur ce qui constitue la vie d'un groupe. Bruges et Genk jouent pour l'honneur du pays et, dans ce cas-là, tu oublies les divergences entres clubs. J'espère que les supporters raisonneront de la sorte ! Oui. Je l'ai fait sans problème pendant deux ans en Europa League sur AB3. C'était plus facile car les joueurs me connaissaient. Et je n'ai pas l'habitude de les brosser dans le sens du poil. Dans Standard TV, on met souvent l'accent sur ce qui ne fonctionne pas, sans langue de bois. Ce n'est pas parce que je suis sur RTL que j'agirai autrement. Ce sont des gars " cash " qui ne vont pas seulement l'ouvrir au maquillage ou durant la troisième mi-temps. Les discussions en plateau sont d'autant plus intéressantes. Je reste moi-même et je donne mon avis mais je sais qu'ils ne me feront aucune fleur parce que je suis une femme. Un gros travail de recherche. Je passe pas mal d'heures à trouver des chiffres et des infos sur Genk, Bruges et leurs adversaires. C'est inconcevable d'arriver en plateau sans avoir vu leurs précédents matches, sans connaître leurs buteurs et leur comportement en championnat, etc. C'est un exemple et je la respecte pour avoir trouvé sa place. Mais si j'essaie d'imiter quelqu'un, je risque de perdre ma personnalité. Je n'ai pas envie d'entrer dans le jeu des comparaisons.