Ce mercredi, c'est la fin d'un cycle de six ans sur Club RTL : la finale de l'Europa League est le dernier match diffusé par la chaîne. Dans quelques mois, la compétition migrera sur la RTBF. Au sein de la rédaction de RTL Sport, pas de place à la nostalgie : l'événement, c'est Marseille-Atlético Madrid et rien d'autre.
...

Ce mercredi, c'est la fin d'un cycle de six ans sur Club RTL : la finale de l'Europa League est le dernier match diffusé par la chaîne. Dans quelques mois, la compétition migrera sur la RTBF. Au sein de la rédaction de RTL Sport, pas de place à la nostalgie : l'événement, c'est Marseille-Atlético Madrid et rien d'autre. " Le seul retour en arrière que nous ferons aura trait à la saison écoulée : les temps forts de cette édition et les deux adversaires en présence. ", explique Anne Ruwet, animatrice. Si émotion il y a, elle sera contenue... " En début de programme, tout le monde sera concentré. Je crains davantage la fin de soirée, surtout si je croise le regard de Jean-Marc Ghéraille, qui est présent depuis le début de l'Europa League. L'émotion sera plus intense en coulisses, où il règne une excellente ambiance. Il suffit d'entendre Johan Walem, qui apparaît toujours un peu strict à l'écran, lâcher des blagues quelques secondes avant la prise d'antenne. " La journaliste aura vite de quoi s'occuper : elle enchaînera avec la couverture du Mondial. Chaque jour, elle sera en direct pour le JT, où elle traitera un aspect original de la compétition. " Je vais travailler en collaboration avec Serge Vermeiren et l'objectif sera de proposer des sujets accessibles à ceux qui s'intéressent uniquement au foot quand il y a une Coupe du Monde ou quand les Diables jouent. Ce sera un rythme quotidien intense et une expérience enrichissante. " La jeune femme exprime aussi ses talents en dehors des studios de RTL. Ces dernières semaines, elle a été sollicitée pour co-animer deux cérémonies de remise de prix : le Panathlon (avec Vincent Langendries) et le Footballeur Pro. " C'est une autre forme de stress. Dans un studio, nous sommes face à une caméra. Dans une salle, il y a le regard des gens, des interactions à gérer si on fait une blague, ... Mais j'apprécie l'exercice. Au Panathlon, la collaboration avec Vincent s'est super bien passée. Les échanges ont été naturels. J'ai été marquée par son expérience et la fluidité de ses interviews. "