Un agent du FBI a tiré accidentellement sur un homme en effectuant un saut périlleux arrière dans un bar de Denver (Colorado). La dernière fois que tu as regretté d'avoir dit : " Le ridicule ne tue pas " ?
...

Un agent du FBI a tiré accidentellement sur un homme en effectuant un saut périlleux arrière dans un bar de Denver (Colorado). La dernière fois que tu as regretté d'avoir dit : " Le ridicule ne tue pas " ? ANICE BADRI : C'était lors d'une interview en direct à la télévision tunisienne. Je préviens le journaliste que je ne parle pas l'arabe et qu'on doit faire ça en français, mais le mec attaque et me pose une question de 5 minutes en arabe. Impossible de le couper, il m'a littéralement enchaîné. Je n'ai rien compris et j'ai dû lui demander s'il pouvait répéter en français. La gêne. Chef d'entreprise dans l'industrie aéronautique et de l'armement, ayant notamment été président-directeur général du groupe Dassault Aviation, Serge Dassault est décédé le 28 mai dernier à l'âge de 93 ans. Le dernier objet encombrant dont tu as été content de te débarrasser ? BADRI : Je ne connais pas ce monsieur, mais moi l'objet que j'ai balancé à la décharge récemment et qui ne me manque pas, c'est mon vélo. Il traînait depuis des lustres dans ma cave. Un jour, je me suis dit que j'allais le prendre pour faire mes courses et je me suis cassé la figure. J'ai décidé de ne plus jamais monter sur un vélo depuis. Le groupe allemand de pharmacie et d'agrochimie Bayer a annoncé son rachat du géant américain des OGM et des pesticides Monsanto. Bayer en profitera pour changer le nom de la marque Monsanto. Toi, tu fais comment quand tu veux te faire oublier ? BADRI : Je fais une petite vanne pour calmer la sauce. Ça m'arrive tout le temps. Je dis quelques chose et puis je regrette, je suis assez maladroit de ce point de vue-là. Je suis du genre à mettre systématiquement les pieds dans le plat. Un vrai boulet. Hart, Sané, Nainggolan, Rabiot, Icardi, Morata ou Fabregas, la liste des absents de dernière minute du prochain mondial a de l'allure. Toi, c'est quand la dernière fois que tu as eu cette douloureuse impression d'être privé de dessert ? BADRI : Moi, j'ai eu exactement la situation inverse. En gros, ma femme attend un deuxième enfant et vu qu'on avait eu une petite fille, on espérait, c'est logique, avoir, cette fois, un petit garçon. À l'échographie pourtant, on nous dit que c'est une une fille. On était un peu déçu... Sauf qu'il y a quelques jours, une nouvelle écho nous apprend que c'est un garçon ! On était aux anges ! Avec deux buts inscrits en préparation avec la Tunisie, tu es clairement l'homme en forme de ta sélection à la veille de ce Mondial. La dernière fois qu'on a salué ton sens du timing ? BADRI : Ce qui est marrant, c'est que ça arrive en plein ramadan. La période où je suis censé être sur les genoux. Le truc, c'est que j'ai toujours su marquer dans les moments importants. Déjà à Mouscron, j'avais inscrit un but décisif pour monter en D1 et puis à nouveau quelques buts clés au moment d'assurer notre maintien un an plus tard. Les onze villes qui accueilleront le prochain mondial russe seront soumises à un " régime spécial " souhaité par décret par Vladimir Poutine et interdisant notamment " la circulation d'armes, de munitions, d'explosifs et d'autres agents spéciaux ou toxiques. " Tu es conscient que tu risques de perturber le quotidien de tout un pays ? BADRI : C'est dingue ! Ça veut dire quoi ? Que c'est autorisé normalement ( rires) ? C'est fou cette histoire ! Après, pour être honnête, je ne me suis pas beaucoup renseigné sur la Russie avant de partir. Je connais à peine le nom de notre hôtel à Moscou... Dans dix jours, tu sais quand même que tu retrouveras la Belgique en Coupe du Monde ? Un prono ? BADRI : Je crois que c'est le 23, c'est ça ( rires) ? En vrai, je nous vois bien gagner contre l'Angleterre et la Belgique. Et finir sur un nul contre le Panama avec l'équipe B. Mais j'espère que la Belgique pourra finir deuxième du groupe. Pour qu'on puisse les retrouver en finale !