COACH Gareth Southgate (ENG)

Vous êtes satisfait du tirage ?
...

Vous êtes satisfait du tirage ? GARETH SOUTHGATE : Comme nous étions dans le pot deux, c'était assez simple. Nous allions affronter une équipe mieux classée et donc de qualité et c'est contre les deux autres que nous sommes censés faire la différence. Il nous fallait surtout apprendre à connaître la Tunisie et le Panama. Ils n'espèrent sans doute pas grand-chose mais leur enthousiasme les rend dangereux. Nous connaissons très bien le Belgique. Vous osez rêver ? SOUTHGATE : Ça dépend de quoi. Nous sommes treizièmes au classement FIFA et nous progressons mais nous n'avons pas encore le niveau de l'Allemagne ou du Brésil. Nous possédons beaucoup de jeunes joueurs excitants auxquels nous accordons leur chance, dans l'espoir qu'ils nous offrent des prix à moyen ou à long terme. Nous ne sommes pas dénués d'ambition cet été mais il faut être réaliste et tenir compte de l'âge et du nombre de caps de certains joueurs. Pour le moment, je suis surtout satisfait de la qualité et du potentiel de la sélection, y compris pour l'avenir. Quels sont vos favoris pour le titre mondial ? SOUTHGATE : Nous avons affronté les deux premiers du classement en novembre : l'Allemagne et le Brésil. Des équipes fantastiques mais nous avons préservé le 0-0. Après un faible Mondial, d'où elle a été sortie au premier tour, et un EURO moyen, avec des huitièmes de finale, l'Espagne s'est retrouvée. Nous savons que la Belgique est très forte. Mais de toutes ces équipes, c'est le Brésil qui possède tous les atouts : force, physique et technique. L'Angleterre est-elle un outsider ? SOUTHGATE : Je veux surprendre les gens. Si c'est en outsider, je dis oui. Je suppose que d'autres équipes nous considèrent de cette façon. Dans le passé, les internationaux anglais étaient souvent fatigués pendant le tournoi. Vous ne craignez pas que ce soit encore le cas ? SOUTHGATE : Si mes joueurs sont fatigués, les 67 % de footballeurs étrangers évoluant en Premier League le seront aussi. Ironie du sort, plusieurs joueurs estiment avoir trop peu joué cette saison et nous devons leur remonter le moral. Le recours au VAR pendant le tournoi vous préoccupe-t-il ? SOUTHGATE : Je préférerais m'en passer. Selon moi, l'arbitre doit pouvoir prendre des décisions autonomes dans tous les sports. Puisqu'on en a pris la décision, ces outils doivent aider les arbitres quand ils prennent des décision manifestement fautives, sans susciter le moindre doute. Il faudrait un moyen de revenir sur des décisions et de mieux communiquer avec les supporters présents. J'ai assisté à beaucoup de réactions négatives suite à l'intervention du VAR à la Coupe des Confédérations et en Coupe d'Angleterre, alors que ces décisions s'avéraient correctes. Surtout, le processus était beaucoup trop long. sélectionneur de l'Angleterre de 2001 à 2006 " Gareth Southgate a formé une belle sélection de jeunes ambitieux qui veulent montrer ce dont ils sont capables en Russie. L'équipe a beaucoup de possibilités offensives, avec des joueurs rapides qui peuvent forcer un but : Harry Kane, Marcus Rashford, Raheem Sterling, Jamie Vardy... Des joueurs comme eux valent de l'or, surtout en contre. J'ai été confronté au même problème lors des trois tournois auxquels j'ai participé avec l'Angleterre : la fatigue. J'ai insisté en vain pendant cinq ans pour qu'on aménage une trêve hivernale. On va enfin le faire, en 2020. C'est bien mais c'est vingt ans trop tard... J'espère me tromper mais Gareth va également être confronté à la fatigue de ses joueurs. C'est pour ça que l'équipe nationale connaît tant de problème dans les tournois. Depuis son quart de finale au Mondial 2006, l'Angleterre n'est plus parvenue à passer le deuxième tour. À l'époque, on attendait beaucoup plus d'elle alors que maintenant, la plupart des supporters signeraient à deux mains pour ce résultat. L'Angleterre ne figure pas parmi les favorites et ça peut être un atout. Si elle passe les huitièmes ou les quarts de finale, tout est possible. " Gamin, il étudiait les mouvements de Messi, Alonso, Iniesta et Xavi, mais il estime être plutôt un croisement entre Steven Gerrard, sa grande idole, et Yaya Touré. Par moments, il est génial. Lors de ses débuts pour les Spurs, il a réussi un petit pont surprenant entre les jambes de Luka Modric. Parfois, il se transforme en projectile incontrôlable, qui fonce pieds en avant sur l'adversaire. C'est aussi un spécialiste des plongeons ratés. Dans ces cas-là, on rappelle sa jeunesse difficile. Le père a abandonné sa famille une semaine après la naissance de Dele et sa mère, Denise, a dû élever seule ses quatre enfants. Elle a sombré dans l'alcoolisme et Dele a été placé dans une famille d'accueil à treize ans. Le football au MK Dons, en D3, était sa seule joie de vivre. En février 2015, Tottenham a versé 6,6 millions d'euros pour le médian de 18 ans, qui est devenu titulaire après cinq journées et a été appelé quelques semaines plus tard par Roy Hodgson en équipe nationale.À l'annonce de la sélection, deux joueurs n'avaient pas encore disputé un seul match international : le gardien Nick Pope (Burnley) et Trent Alexander-Arnold, l'arrière droit de Liverpool. Danny Welbeck est le meilleur buteur de la sélection avec quinze roses. En 14 tours finaux, l'Angleterre, comme l'Italie, a été éliminée aux tirs au but à trois reprises : en 1990 par l'Allemagne, en 1998 par l'Argentine et en 2006 par le Portugal. Harry Kane, en pleine forme en 2017, a inscrit 56 buts pour Tottenham et l'équipe nationale. Cette année, Kane n'a pas encore trouvé le chemin des filets pour l'Angleterre. Depuis ses débuts en 2015, il a marqué 12 buts en 25 rencontres. The Three Lions espèrent améliorer un record contre le Panama. Albion s'est imposée 3-0 contre la Pologne (1986), le Paraguay (1986) et le Danemark (2002). Elle espère faire trembler les filets une fois de plus contre le débutant d'Amérique centrale.