"J'ai surtout suivi Daniel Van Buyten lors de son passage au Standard, après ses débuts en D1 sous les ordres de Robert Waseige à Charleroi, et dans le cadre de l'équipe nationale. Il avait déjà révélé les qualités dont il est de plus en question si j'en crois sa réussite en France: taille, timing dans le trafic aérien, présence, simplicité dans le jeu, engagement, etc. Ce sont évidement des acquis importants dans le cadre du football moderne. Daniel a fait son trou en France, c'est très bien, et il déclare se sentir heureux dans son club a...

"J'ai surtout suivi Daniel Van Buyten lors de son passage au Standard, après ses débuts en D1 sous les ordres de Robert Waseige à Charleroi, et dans le cadre de l'équipe nationale. Il avait déjà révélé les qualités dont il est de plus en question si j'en crois sa réussite en France: taille, timing dans le trafic aérien, présence, simplicité dans le jeu, engagement, etc. Ce sont évidement des acquis importants dans le cadre du football moderne. Daniel a fait son trou en France, c'est très bien, et il déclare se sentir heureux dans son club actuel. Tout le monde s'intéresse à ce genre de joueurs. Quand on réussit à l'OM, on peut le faire dans n'importe quel autre club mais le tout est de choisir le bon moment avant de faire un bond vers le top européen. A mon avis, ce serait une erreur de le faire trop vite. Beaucoup n'étaient pas encore mûrs pour se lancer dans une telle aventure mais avaient les yeux plus grands que le ventre. On le paye souvent cash. A sa place, je resterais encore deux ans à Marseille. Il y a trouvé ses marques, dit être heureux là-bas, et c'est donc un club indiqué afin de s'installer dans la continuité. Le championnat français est intéressant mais a perdu de ses plumes tout comme l'OM n'est plus aussi imposant que du temps de Raymond Goethals. Dès lors, Daniel doit y rester pour progresser calmement tout en devenant un titulaire à part entière en équipe nationale. Ce n'est pas encore le cas pour le moment. Big Dan est parfois discuté. Il s'agit pour lui de s'emparer de sa place et de ne plus la lâcher. Moi, quand j'ai quitté Anderlecht pour Newcastle, j'étais parfaitement installé parmi les Diables Rouges. C'est important pour la confiance personnelle et le prestige, donc la crédibilité, d'un joueur, surtout à l'étranger. Ce sont des acquis que l'OM ne peut pas lui offrir. Quand ce sera fait, Daniel aura plus d'atouts dans son jeu pour s'imposer en Angleterre. L'Angleterre, c'est quand même très spécial, presque une autre planète. Le rythme et l'intensité des matches sont très différents. On joue souvent plusieurs fois par semaine et ce ne sont jamais des promenades de santé. La pression est intense. Où se situe actuellement Daniel Van Buyten par rapport à ces réalités anglaises? Il faut être fort mentalement pour s'y mesurer à des molosses qui ne laissent rien sur l'os. Van Buyten a tout pour faire parler de lui un jour en Angleterre où on a certainement vu son but de la tête face à l'Ecosse et ceux qu'il réussit de la même façon en France. Cela fait réfléchir dans un pays où le trafic aérien est une donne importante. Newcastle et Manchester United le suivent mais ils sont sur la piste d'autres joueurs. Ils ne vont pas chipoter longtemps. Si Marseille dit: - Non, ils n'en feront pas une maladie. A Daniel de rester calme, d'être serein, de travailler et de progresser".