Comme beaucoup de supporters, j'ai eu l'occasion de voir les deux confrontations directes pour le titre. Hormis les 20 premières minutes à Anderlecht où la moitié de l'équipe mauve était stressée à l'idée de recevoir la deuxième jaune synonyme de suspension et au cours desquelles le Standard s'est montré plusieurs fois dangereux, je n'ai pas remarqué une différence de niveau entre les deux équipes. C'est finalement sur la seule occasion du Standard en deuxième mi-temps que l'égalisation est survenue. Que dire de cette parodie de football lors du match retour, où les 11 salopa...

Comme beaucoup de supporters, j'ai eu l'occasion de voir les deux confrontations directes pour le titre. Hormis les 20 premières minutes à Anderlecht où la moitié de l'équipe mauve était stressée à l'idée de recevoir la deuxième jaune synonyme de suspension et au cours desquelles le Standard s'est montré plusieurs fois dangereux, je n'ai pas remarqué une différence de niveau entre les deux équipes. C'est finalement sur la seule occasion du Standard en deuxième mi-temps que l'égalisation est survenue. Que dire de cette parodie de football lors du match retour, où les 11 salopards chers au colonel LaszloBölöni ont joué un catenaccio dans toute sa splendeur, concrétisé par un plongeon de DieumerciMbokani (ah quand je pense à tout le foin sur la franchise de Guillaume Gillet lors du pénalty à Mouscron) et une sortie scandaleuse de Sinan Bolat qui laissa l'arbitre de marbre et expédia Mbark Boussoufa dans les étoiles.... Je ne cautionne pas les gestes en fin de match de Marcin Wasilewski mais eu égard à ce qui précède, je comprends un excès de nervosité. Sans les très longues blessures de JanPolak, DanielZitka, JonathanLegear, NicolasFrutos et JelleVanDamme, je reste persuadé qu'Anderlecht aurait été champion. Avez-vous vu le parcours réalisé lors du deuxième tour ? Presque un sans faute. Avec de loin la meilleure attaque et la deuxième défense ! On critique Anderlecht à propos de sa politique de jeunes. Il est vrai que ces dernières années, Anderlecht a eu moins l'occasion de donner la chance à ses jeunes. Mais je m'interroge quand même sur la mentalité de certains d'entre eux ayant frappé de près ou de loin à l'équipe première. Tioté, Lamah, De Ryck ou Vadis (...) se sont fendus à plusieurs reprises de déclarations incendiaires mais où jouent-ils mainte-nant ? A ce titre, je tenais à souligner l'intelligence de RogerLukaku qui a privilégié la poursuite de l'écolage de son très talentueux fils Romelu à Anderlecht. Un exemple suivi par d'autres jeunes plein d'avenir comme Reynaldo, Saré, Kouyaté, Diandy ou Mukendi. Maintenant en dépit des problèmes financiers inhérents à la perte du titre, je suis optimiste pour l'avenir de mon équipe. Le stade va être agrandi, un tout nouveau centre de formation va sortir de terre, le changement de statut juridique va permettre d'ouvrir le capital à de nouveaux investisseurs.... Comme disait Oscar Wilde " La sagesse c'est d'avoir des rêves suffisamment grands, qu'on ne les perd de vue lorsqu'on les poursuit ". Enfin, Anderlecht a toujours été considéré comme un club gentleman et fair-play dans les bons comme dans les mauvais moments. Quand je vois la mentalité de certains rouches (notamment ce grand joueur Reginal Goreux) à l'issue des playoffs, je me dis que notre ami Luciano D'Onofrio devrait prévoir un cours supplémentaire au centre de formation Robert Louis-Dreyfus attitude et comportement en public. MATTHIEU MOOR, WAREMME