Anderlecht trône en tête du classement et veut désormais et légitimement tout gagner. A commencer, peut-être, par le Soulier d'Or via sa grande révélation Romelu Lukaku dans une semaine. Il ne faudrait pas s'en étonner, vu que le règlement dépassé de ce prix (établi sur une année civile et par un jury très hétéroclite) n'a pas la justesse de notre Footballeur Pro (élu au terme de la saison par les pros de D1). On espère simplement que ce succès ne poserait pas de trop gros problèmes de gestion d'un jeune à des Mauves qui se sont montrés (à juste titre) très protecteurs. Sans doute ont-ils copié, à cet égard, la mainmise de Sir Alex Ferguson sur ses jeunes à Manchester United.
...

Anderlecht trône en tête du classement et veut désormais et légitimement tout gagner. A commencer, peut-être, par le Soulier d'Or via sa grande révélation Romelu Lukaku dans une semaine. Il ne faudrait pas s'en étonner, vu que le règlement dépassé de ce prix (établi sur une année civile et par un jury très hétéroclite) n'a pas la justesse de notre Footballeur Pro (élu au terme de la saison par les pros de D1). On espère simplement que ce succès ne poserait pas de trop gros problèmes de gestion d'un jeune à des Mauves qui se sont montrés (à juste titre) très protecteurs. Sans doute ont-ils copié, à cet égard, la mainmise de Sir Alex Ferguson sur ses jeunes à Manchester United. Comme Anderlecht, le Club Bruges rigole aussi, avec une très belle nouvelle attaque composée de Dirar, Perisic et Kouemaha. Si les Mauves sont pour l'instant les plus stables, le football à la hollandaise du Club est sans doute le plus joli. Et celui de La Gantoise à la Preud'homme le plus bousculant. Le Standard, lui, est un champion baudruche qui paye très cher ses blessures et suspensions. Mais ne fait-il plus partie des trois grands pour autant ? A en croire son directeur général Pierre François, non. Interviewé sur le foot à Noël (voir page 28), il dit -C'est vrai que la réforme a été voulue par les trois grands, mais pas par nous étant donné que le Standard ne fait plus partie des trois grands... C'est de l'humour à froid ou on ne s'y connaît pas. A ce prix-là, pour être sûrs d'une place européenne, les Rouches feraient peut-être bien de participer aux playoffs II pour les remporter et, de la sorte, rencontrer le quatrième des playoffs I pour la dernière place qualificative en Europa League... Redevenons sérieux : la place du Standard n'est pas dans les playoffs II (pour les équipes classées 7 à 14) mais dans les playoffs I, qui se dérouleront du 24 mars au 9 mai avec le top 6 pour déboucher sur le titre de champion (qualificatif pour la Champions League) ; avec comme bonus un ticket pour la même CL pour le 2e et l'Europa League pour le 3e, le 4e (ou le 5e si un des précédents gagne la Coupe qui qualifie aussi pour l'EL) dispute un barrage avec le vainqueur des playoffs II pour la dernière place en EL. Le champion en titre est actuellement 7e et compte 17 points de retard sur Anderlecht et 15 sur le Club Bruges, mais ces points seront divisés par deux au début des playoffs I qui en distribueront tout de même 30. Si le Standard rejoue bien, il va non seulement remonter dans le top 6 facilement mais aussi viser la tête de playoffs II où tout le monde perdra des plumes. Pour ce faire, le Standard devrait récupérer ses blessés et profiter de l'effet positif de son expérience européenne (une maturation accélérée de son jeune noyau) plutôt que de l'effet négatif (une fatigue mentale généralisée). On est également très curieux de voir comment va évoluer Charleroi qui a déjà donné l'impression de bien se reprendre grâce à son nouveau coach Tommy Craig. L'Ecossais insiste sur les fondamentaux d'un jeu britannique qui devrait cadenasser - dans le bon sens du terme - les possibilités carolos. Les Zèbres pourraient éviter sans problème une 15e place synonyme de tour final pour le maintien avec les 2e, 3e et 4e de la D2 et polir leur image et leur jeu dans les playoffs II. Mouscron est déjà enterré et a réglé la question du descendant direct. C'est le côté imposture d'une réforme de la D1 qui n'a pas résisté au mal endémique de notre football : l'impuissance et la peur de l'Union belge et de la Ligue pro à prendre les mesures qui s'imposent sous peine d'être traînées devant les tribunaux où elles seraient contredites. Il faut d'urgence que la Belgique prenne des décisions qui permettent enfin au sport de posséder des règlements compatibles avec la loi, comme dans les pays voisins. C'est notre v£u le plus cher pour éviter la pagaille. Pour le reste, la D1 va bien : les bonnes assistances du foot à Noël le prouvent. Et trois de ses représentants continueront en Europa League...lPAR JOHN BAETE"Le Standard, champion baudruche, fait-il encore partie des trois grands ?"