A cette question, HermanVanHolsbeeck est très clair : cela dépendra de la qualification pour les poules de la Ligue des Champions. " Si, malgré le résultat défavorable de mercredi passé, on parvient encore à renverser la tendance en Biélorussie puis à passer le cap du troisième tour préliminaire, on envisagera la chose. Il est clair que Kanu n'a pas encore la pointure pour affronter l'AC Milan ou le Real Madrid. Par contre, si l'on devait malheureusement vivre une...

A cette question, HermanVanHolsbeeck est très clair : cela dépendra de la qualification pour les poules de la Ligue des Champions. " Si, malgré le résultat défavorable de mercredi passé, on parvient encore à renverser la tendance en Biélorussie puis à passer le cap du troisième tour préliminaire, on envisagera la chose. Il est clair que Kanu n'a pas encore la pointure pour affronter l'AC Milan ou le Real Madrid. Par contre, si l'on devait malheureusement vivre une saison blanche sur la scène européenne, on ne bougerait pas. On nous a suffisamment reproché, dans le passé, de ne pas offrir une chance aux jeunes joueurs, qu'on est décidé à le faire dans ce cas-là : on irait au combat avec Kanu et MatíasSuarez, deux attaquants de 20 ans. Pour le championnat de Belgique, ils ont suffisamment de qualités. Je trouve d'ailleurs que Kanu n'a pas démérité mercredi passé, pour son premier match officiel. On ne peut certainement pas lui imputer la responsabilité de l'échec. Certes, sa prestation ne fut pas parfaite, mais on savait lors de son engagement qu'il y avait encore des points à améliorer dans son chef. C'était un pari sur l'avenir, sa marge de progression est encore énorme. On sait, par expérience, que l'adaptation d'un joueur brésilien en Europe est parfois délicate, et c'est la raison pour laquelle on ne lui a fait signer qu'un contrat d'un an avec option, mais dans son cas, tout se passe très bien, plus vite que prévu même. On l'avait engagé pour être la doublure de NicolasFrutos. Les aléas ont fait qu'il est, aujourd'hui, la première solution à la pointe de l'attaque ". Et si Anderlecht ne se qualifiait pas pour les poules de la Ligue des Champions, mais bien pour celles de la Coupe de l'UEFA ? La situation serait sans doute évaluée en fonction de l'évolution de la blessure de Frutos. De ce point de vue, on navigue dans le brouillard. " On a décidé que Nicolas ne reviendrait qu'au moment où il sera guéri à 100 % ", assure Van Holsbeeck. " On prendra pour cela le temps qu'il faudra. Mais à l'heure actuelle, personne n'est encore à même de fixer avec précision la date de ce retour ". L'Argentin pourrait-il prendre le risque de s'aligner, une dernière fois, ce soir en Biélorussie ? " Il n'en a jamais été question ", répond Van Holsbeeck. Vendredi passé, la moue de Van Holsbeeck était significative lorsque le nom du Levski Sofia est sorti de l'urne. Dans son regard, on pouvait lire quelque chose comme : " Etant donné le tirage, quel gâchis ce serait d'être éliminé par Borisov ! "