Anderlecht rêve du retour de Pär Zetterberg: est-ce la solution afin de rendre un peu de fantaisie à la ligne médiane?

Georges Heylens:Difficile à dire. Je suis un partisan du Suédois que j'avais fait venir à Charleroi. Il lança sa carrière chez les Zèbres et Pär n'est pas qu'un sportif: il a prouvé beaucoup de choses, en s'imposant au plus niveau malgré ses problèmes de diabète. Mais les retours sont toujours difficiles. Enzo Scifo et Georges Grün en savent quelque chose. Anderlecht accepterait, dit-on, d'investir un million d'euros dans cette transaction. C'est beaucoup car Pär n'est plus tout jeune mais ça prouve aussi qu'il y a un problème de création au coeur d'une équipe qui a toujours été d'abord technique. C'était la marque de fabrique de la maison mauve.
...

Georges Heylens:Difficile à dire. Je suis un partisan du Suédois que j'avais fait venir à Charleroi. Il lança sa carrière chez les Zèbres et Pär n'est pas qu'un sportif: il a prouvé beaucoup de choses, en s'imposant au plus niveau malgré ses problèmes de diabète. Mais les retours sont toujours difficiles. Enzo Scifo et Georges Grün en savent quelque chose. Anderlecht accepterait, dit-on, d'investir un million d'euros dans cette transaction. C'est beaucoup car Pär n'est plus tout jeune mais ça prouve aussi qu'il y a un problème de création au coeur d'une équipe qui a toujours été d'abord technique. C'était la marque de fabrique de la maison mauve. Raymond Goethals a tiré à boulets rouges sur la direction du club. Il avait raison sur toute la ligne car Anderlecht rate plus de transferts qu'avant. La preuve: on va bientôt solder tellement les joueurs qui peuvent partir sont nombreux. Avant, Anderlecht ratait un transfert toutes les lunes. Roger Vanden Stock n'a évidemmment pas la culture sportive de son père. Il a ses atouts et est plus supporter, je crois. La faute des transferts qui ne tiennent pas la route revient à tous ceux qui l'entourent et lui donnent des conseils. Anderlecht tourne maintenant son regard vers le nord de l'Europe. Pas une mauvaise idée et cela avait déjà marché à une autre époque avec des Danois et des Suédois.Non, je ne crois pas mais il sera différent. Je croise les doigts pour que le RWDM reste en D1. Il le mérite sur le plan sportif et le cri des supporters est pathétique. J'avais eu vent dans le temps d'un gouffre financier. Je suppose qu'il a grandi. Le combat des De Prins et Schoonjans est difficile. J'espère qu'il réussira mais on doit à tout prix regarder plus loin. Le président Michielsen de l'Union a eu des contacts avec le RWDM. Pas étonnant, Michielsen est un mécène, un fou de foot, un ancien administrateur de Molenbeek et ex-beau-fils d'Albert Roossens qu'il aida à la direction d'Anderlecht. Autrement dit, il connaît le football bruxellois. Mais les politiciens doivent aussi prendre leurs responsabilités dans la problématique sportive et sociale bruxelloise. Charles Piqué veut rafraîchir le Parc Duden. Les clubs de la capitale doivent s'aider, se parler, trouver de bonnes synergies et avoir des projets en commun pour la formation.Cette province n'est pas riche mais on y joue au football partout. On sent que Mons monte en puissance sans forcer. J'ai eu peur quand Pister est parti. Je pensais que le trouble s'intallerait mais Wintacq a bien géré le problème. Mons ne parle pas du titre, préserve son capital mental pour le tour final de D2 mais le championnat se terminera par Mons-Malines. Si le titre est en jeu ce jour-là, le calme montois sera un atout. A Malines, il faudra justifier l'investissement du président.C'est important car Bruges qui aurait pu gagner les trois points au Standard galope derrière les événements. J'ai lu dans le regard des Genkois, à St-Trond, qu'ils avaient une envie énorme du titre. Comme ils ont de la chance en plus, la donne se complique pour Bruges.Il reste calme, c'est intelligent. Il a franchi un cap et le suivant sera encore plus difficile que celui qui sépare le Standard de l'OM. A sa place, je me dirigerais vers l'Italie où les soins et l'art de s'occuper d'un jeune sont plus pointus qu'en Angleterre.Pierre Bilic, ,Dia 1