On s'attendait à une journée de transition, elle a peut-être apporté la décision.

En tout cas, Anderlecht peut enterrer ses ambitions en ce qui concerne le titre et peut-être la Ligue des Champions. Samedi, le Sporting a essayé, mais n'est pas parvenu à inscrire le but nécessaire. Et quand on ne marque pas en début de match contre St-Trond, la tâche se complique au fil du temps et on s'expose toujours à un éclair de Danny Boffin ou Désiré M'bonabucya. Anderlecht n'a jamais été capable, cette saison, d'"assassiner" son adversaire. Il souffre d'une carence offensive. Samedi, il a bu le calice jusqu'à la lie avec ce penalty loupé par Walter Baseggio. J'apprécie énormément le joueur, mais il av...

En tout cas, Anderlecht peut enterrer ses ambitions en ce qui concerne le titre et peut-être la Ligue des Champions. Samedi, le Sporting a essayé, mais n'est pas parvenu à inscrire le but nécessaire. Et quand on ne marque pas en début de match contre St-Trond, la tâche se complique au fil du temps et on s'expose toujours à un éclair de Danny Boffin ou Désiré M'bonabucya. Anderlecht n'a jamais été capable, cette saison, d'"assassiner" son adversaire. Il souffre d'une carence offensive. Samedi, il a bu le calice jusqu'à la lie avec ce penalty loupé par Walter Baseggio. J'apprécie énormément le joueur, mais il avait déjà raté deux occasions en or précédemment, notamment sur ce ballon qui lui est revenu dans les pieds, face au but. Il avait tout le temps de placer son envoi ailleurs que sur la jambe d'un défenseur. Les nombreux millions engrangés par Anderlecht l'an passé en Ligue des Champions risquent d'être dilapidés d'un coup cette année, car il faudra bien acheter ces joueurs d'exception que le public attend. Une partie de la manne avait déjà été dépensée l'été dernier, en vain, car aucun des nombreux attaquants engagés n'a su faire oublier la paire Koller-Radzinski.C'est vrai, mais lorsqu'un coureur cycliste arrive en vue de la ligne d'arrivée, il ne prend plus trop de risques avant le sprint final. Il se contente d'assurer.J'espère que les Zèbres auront fait leur mue cette saison et repartiront sur de bonnes bases la saison prochaine.C'est un autre débat. Il y a deux types d'entraîneurs. Certains ont appris le métier dans les livres. Gérard Houllier fut un professeur -et même un professeur d'anglais- et il est passé maître dans l'art d'enseigner. D'autres apprennent le métier sur le tas. Ils furent de grands joueurs, mais ils doivent désormais faire comprendre aux autres ce qu'ils ont compris eux-mêmes depuis longtemps. Enzo Scifo entre dans cette catégorie. Lorsque Jan Ceulemans a débuté, on se posait aussi des questions. Reste à savoir si l'on aura avec Enzo Scifo la patience nécessaire et s'il aura envie de continuer ce métier.On peut effectivement se demander pourquoi il n'a pas réussi au Standard. Ou, plutôt, pourquoi on ne lui a pas fait confiance à Sclessin. A Genk, dans un contexte propice à son épanouissement, il démontre toute sa valeur. Contre le RWDM, il a sauvé son équipe alors que Wesley Sonck, comme cela avait déjà été le cas en Grèce, est passé à côté de son match. Ce qui vaut pour Bruges vaut pour Genk également: l'équipe joue sans doute moins libérée qu'il y a quelques mois parce qu'elle a peur de tout perdre.Dans l'état actuel, j'opterais pour Bruges en raison de sa plus grande expérience. C'est une inconstance qui se manifeste depuis le deuxième tour. Auparavant, on évoquait au moins une qualification européenne, si pas le titre. Le Standard a choisi de se passer de Didier Ernst, mais pour le remplacer par qui?Plus on accumule les victoires, plus on se rapproche du moment où l'on connaîtra l'échec. C'est arrivé à La Louvière. Est-ce tellement étonnant dans la mesure où il s'agissait d'un derby?Daniel Devos,