Patrick Asselman: "La vingt-septième journée ne devrait, en principe, pas trop bousculer la hiérarchie, aux premières loges du moins. Les quatre équipes classées en haut du panier sont censées camper sur ces positions, mais elles pourraient galvauder l'une ou l'autre unités dans les joutes auxquelles elles seront mêlées. Je songe notamment au Standard, appelé à disputer un derby hennuyer contre Charleroi, ou à La Gantoise qui effectuera dans le même temps un déplacement au Lisp, où il n'est jamais évident d'empocher les trois points. Au Mambourg, le match promet d'être palpitant entre une formation locale qui n'a pas toujours été à la fête, ces dernières semaines, et une phalange qui n'a toujours pas concédé la moindre ...

Patrick Asselman: "La vingt-septième journée ne devrait, en principe, pas trop bousculer la hiérarchie, aux premières loges du moins. Les quatre équipes classées en haut du panier sont censées camper sur ces positions, mais elles pourraient galvauder l'une ou l'autre unités dans les joutes auxquelles elles seront mêlées. Je songe notamment au Standard, appelé à disputer un derby hennuyer contre Charleroi, ou à La Gantoise qui effectuera dans le même temps un déplacement au Lisp, où il n'est jamais évident d'empocher les trois points. Au Mambourg, le match promet d'être palpitant entre une formation locale qui n'a pas toujours été à la fête, ces dernières semaines, et une phalange qui n'a toujours pas concédé la moindre défaite depuis que Michel Preud'homme a hérité des pleins pouvoirs sportifs à la rue de la Centrale. La Gantoise présente un profil quasi similaire aux Rouches, dans la mesure où, sans livrer des prestations d'anthologie, elle a perdu un minimum de terrain sur les teams de tête après la prise de pouvoir du Français Patrick Remy. Contre Anderlecht, personne n'y aurait trouvé à redire si les Buffalos s'étaient inclinés, tant la balance penchait du côté des Sportingmen à un certain moment. Ce n'est assurément pas un mince mérite, de la part des Flandriens, d'avoir renversé tout à fait la vapeur dans ces conditions, en infligeant in extremis aux Mauves leur première revers de la saison. Cette fois, ils seront confrontés à une autre résistance: celle de joueurs lierrois qui, à défaut de pouvoir lorgner l'Europe, peuvent jouer un rôle d'arbitre dans la course à l'UEFA. Et il m'étonnerait que les hommes de Walter Meeuws ne s'acquittent pas parfaitement de cette tâche. La partie entre le leader du championnat, le RSCA, et les Hurlus se doublera bien évidemment d'une formidable lutte entre les meilleurs buteurs du pays: Tomasz Radzinski et Jan Koller d'un côté et Nenad Jestrovic de l'autre. Selon toute vraisemblance, les artilleurs locaux devraient pouvoir se donner un peu d'air à cette occasion, d'autant plus qu'aucun team ne présente meilleur average at home que le Sporting: quarante-six buts à douze. Soit près du double du score que les Bruxellois ont réalisé jusqu'ici à l'extérieur: 24 à 9. Des chiffres qui se rapprochent du 22-17 obtenu par les Frontaliers dans leurs matches away. Comme quoi Nenad Jestrovic pourrait, lui aussi, laisser sa carte de visite dans ce match, qui sait? A priori, le Club Brugeois devrait renouer avec la victoire à St-Trond. Mais le conditionnel n'en reste pas moins de rigueur, en ce sens que les Bleu et Noir ont trop souvent joué avec leur bonheur, ces dernières semaines, contre des formations comme Harelbeke, Malines ou Alost. Les Canaris ne sont pas logés à meilleure enseigne que tous ceux-là et dans la mesure où ils doivent absolument prendre de la hauteur s'ils ne veulent pas être menacés par La Louvière et Malines. Une nouvelle forme de dépassement de soi n'est peut-être pas complètement à exclure. Même si, à mes yeux, les footballeurs de Trond Sollied sont favoris. Dans le peloton des menacés, justement, le "Kavé" livrera une vraie rencontre à six points à l'Eendracht. Pour les Sang et Or, il n'y a pas trente-six solutions: la voie du sauvetage passe par un résultat probant au Stade Pierre Cornelis. Au même moment, La Louvière se mesurera à une autre équipe redoutable à domicile: Beveren. Reste à voir, dans ce cas, comment ses joueurs auront digéré tout au long de la semaine les péripéties extra-sportives auxquelles est désormais confronté le club waeslandien. Car il est bien connu que lorsqu'il y a tempête en coulisse, la sérénité n'est jamais présente non plus sur le terrain. (B.Govers)