Les Zèbres n'avaient plus gagné à Bruges depuis 1969: le coup de rein de samedi passé leur permettra-t-il de gagner le sprint du maintien?

Georges Heylens: C'est un succès magnifique mais il serait inutile si les Zèbres ne continuent pas sur cette lancée. Bravo mais tout ne fait que commencer. La qualité du jeu des Carolos ne cesse d'augmenter depuis quelque semaines. Ils ont un système de jeu et s'y tiennent. Quand la qualité s'installe, les résultats finissent par suivre. De plus, tout aussi important, la direction du club a obtenu les assurances financières quant à l'avenir. On imagine que cela aura fait plaisir aux joueurs. A Bruges, Dante Brogno a présenté un bloc qui a bien travaillé défensivement et offensivement. Le jeu de ses gars était bien réglé et ils y ont ajouté un engagement physique permanent. Ils n'ont rien volé et Eduardo a...

Georges Heylens: C'est un succès magnifique mais il serait inutile si les Zèbres ne continuent pas sur cette lancée. Bravo mais tout ne fait que commencer. La qualité du jeu des Carolos ne cesse d'augmenter depuis quelque semaines. Ils ont un système de jeu et s'y tiennent. Quand la qualité s'installe, les résultats finissent par suivre. De plus, tout aussi important, la direction du club a obtenu les assurances financières quant à l'avenir. On imagine que cela aura fait plaisir aux joueurs. A Bruges, Dante Brogno a présenté un bloc qui a bien travaillé défensivement et offensivement. Le jeu de ses gars était bien réglé et ils y ont ajouté un engagement physique permanent. Ils n'ont rien volé et Eduardo aurait dû marquer un troisième but. J'imagine que l'ambiance doit désormais être différente dans le vestiaire des Zèbres. Pour Dante, c'est important aussi. Il a la rage, c'est certain, mais le message passe encore mieux après un tel succès. Cette victoire prouve que ses choix et sa façon de travailler sont bons. La défaite de Bruges laissera-t-elle des traces avant le voyage des leaders à Anderlecht?Un club, aussi fort soit-il, ne peut pas réussir 34 matches parfaits. Bruges n'a tout de même essuyé que deux défaites jusqu'à présent. Dany Verlinden aurait préféré un autre cadeau pour son 400ème match en D1. A mon avis, ce faux-pas ne changera rien dans la façon de voir les choses, et le jeu, des Brugeois. Trond Sollied saura mettre le grain de sel qu'il faut dans son analyse. A Anderlecht, Bruges aura oublié son faux-pas carolo depuis longtemps.Anderlecht devra évidemment se passer d'Yves Vanderhaeghe pour recevoir Bruges: un gros handicap?Un souci oui, un gros problème non. Personne n'est indispensable et Yves Vanderhaeghe n'a jamais été le dépositaire du jeu anderlechtois. D'autres saisiront leur chance. Anderlecht a bien réagi après le repos à Mons. Pour garder la deuxième place, les Mauves doivent battre Bruges. Ce match vaudra cher. Le combat qui oppose les Mauves à Lokeren et au Lierse est magnifique. Les gars d'Emilio Ferrera n'ont pas bien joué mais ils ont gagné. Lokeren devrait être l'adversaire le plus coriace d'Anderlecht. L'équipe de Paul Put a tout et Sambegou Bangoura n'est pas le seul buteur. Tout le monde peut marquer et cela pose sans cesse de gros problèmes tactiques aux autres.Il a beaucoup été question des problèmes de Lommel et du contrôle antidopage positif de l'Anversois Ouon: qu'en pensez-vous?Le médecin de Deurne a avoué son erreur. Mon diagnostic, si je puis dire, est simple: il doit être sanctionné. En ce qui concerne Lommel, quand je vois les grosses voitures mises à la disposition des joueurs, un constat s'impose: on y a jeté l'argent par les fenêtres. Il se passe beaucoup de choses en D2: que vous inspirent les problèmes de Visé et le bonheur d'Eupen? Visé, c'est du cirque. Apparemment, les joueurs étaient pour le maintien de Gilbert Bodart et de Léon Semmeling. Visé n'est pas en tête mais compte dans le paysage de la D2. Le président désirait rentabiliser tout de suite son investissement. Henri Depireux est étranger à ce différend mais sa tâche sera ardue. Par rapport à cette situation, Eupen nage en pleine sérénité. Il y a quelques semaines, à l'invitation de Thierry Luthers de la RTBF, j'ai assisté à un dîner où je me suis retrouvé par hasard à la table des dirigeants d'Eupen. J'ai retenu leur simplicité et leur patience. Rien ne presse et ils avancent sagement. La lutte avec le Cercle de Bruges sera rude mais la région de langue allemande mérite un club de D1.Pierre Bilic