Le match au sommet fut très intense au niveau de l'engagement physique mais très peu spectaculaire dans la construction du jeu et les envolées techniques. Les deux équipes ont abusé du jeu long et principalement le Standard (une seule séquence à plus de 4 passes sur 90 minutes !) chez qui on a dénombré 66 passes de plus de 40 mètres dont la quasi-totalité a été maîtrisée par les arrières centraux Mark De Man et Hannu Tihinen, excellents dans le trafic aérien. On a pu avoir la confirmation de la qualité de frappe du pied gauche de Vedran Runje qui a... systématiquement dégagé à hauteur du rectangle adverse vers un ...

Le match au sommet fut très intense au niveau de l'engagement physique mais très peu spectaculaire dans la construction du jeu et les envolées techniques. Les deux équipes ont abusé du jeu long et principalement le Standard (une seule séquence à plus de 4 passes sur 90 minutes !) chez qui on a dénombré 66 passes de plus de 40 mètres dont la quasi-totalité a été maîtrisée par les arrières centraux Mark De Man et Hannu Tihinen, excellents dans le trafic aérien. On a pu avoir la confirmation de la qualité de frappe du pied gauche de Vedran Runje qui a... systématiquement dégagé à hauteur du rectangle adverse vers un Mémé Tchite dont le jeu de tête en déviation n'est quand même pas la grande spécialité. Qui plus est, le choix de jouer avec cinq médians peut être efficace si on profite de sa supériorité numérique en utilisant le jeu indirect, ce qui ne fut jamais le cas. Les propos de Dominique D'Onofrio avant le match, ne s'attendant à aucune surprise de la part de Frankie Vercauteren, se sont vérifiés puisque le coach mauve a reconduit la composition et le dispositif tactique du match précédent. Par contre, l'entraîneur liégeois avait réservé une surprise aux Anderlechtois en décidant de retirer Christian Negouai de son poste d'attaquant des dernières semaines pour le repositionner comme troisième demi récupérateur. Les Rouches se sont alignés en 4-5-1 en première mi-temps et le coach a réagi après 45 minutes en replaçant l'ancien carolo aux avant-postes. Mais malheureusement pour le Standard, dans ce genre de rencontres, l'équipe qui marque la première remporte souvent le match. L'intention de l'entraîneur liégeois était de gagner le match, mais entre les intentions et les actes, il y a encore une très grande différence et le choix de mettre Negouai devant la défense prouve que le Standard abordait le match avec l'envie première de ne pas le perdre. En foot, le manque d'audace n'est pas toujours récompensé et je pense qu'il est préférable de s'incliner en prenant des risques plutôt qu'en jouant petit bras. L'isolement de Tchite a été pénible : il a reçu un afflux énorme de longs ballons avec très peu de soutien de la deuxième ligne qui se trouvait trop bas par rapport à l'attaquant. On a également vu Milan Rapaic et surtout Almani Moreira se replier très fort en perte de balle, ce qui les empêchait de se trouver en soutien de Tchite puisqu'en cas de récupération, la défense recherchait immédiatement la longue passe. Les deux buts ont été inscrits sur des phases arrêtées. Le premier suite à un coup franc sur la ligne médiane botté par Michal Zewlakow en direction de Grégory Pujol qui joue le pivot pour l'appel de Serhat Akin. On remarquera que les deux attaquants sont en mouvement alors que les trois défenseurs du Standard sont plus statiques. Philippe Léonard décide de rentrer côté intérieur pour aller disputer le duel avec Pujol qui, au départ de la phase, était l'homme de Jorge Costa. Léonard arrive trop tard. On note un manque de communication entre les deux hommes et, pour couronner le tout, Mohammed Saar s'arrête face à Akin, croyant au hors-jeu. Match de niveau très moyen où Anderlecht a très bien géré les moments importants. L'arbitre a été très complaisant avec De Man qui méritait une carte jaune pour une faute non sifflée sur Tchite et ensuite une rouge sur une action où il a reçu la jaune. Les Standardmen devront jouer autrement s'ils veulent encore espérer le titre.Étienne delangre