Le parcours de ClémentLenglet est remarquable : il y a un peu plus de deux ans, le défenseur central évoluait toujours en D2, à Nancy. A la mi-2016, il est monté en Ligue 1 avec le club lorrain et en hiver 2017, le FC Séville l'a acheté pour moins de cinq millions d'euros. Après un an et demi en Andalousie, Barcelone a payé le montant prévu par la clause de rupture (36 millions d'euros) et l'a tr...

Le parcours de ClémentLenglet est remarquable : il y a un peu plus de deux ans, le défenseur central évoluait toujours en D2, à Nancy. A la mi-2016, il est monté en Ligue 1 avec le club lorrain et en hiver 2017, le FC Séville l'a acheté pour moins de cinq millions d'euros. Après un an et demi en Andalousie, Barcelone a payé le montant prévu par la clause de rupture (36 millions d'euros) et l'a transféré au Camp Nou. Maintenant, cette clause de rupture est fixée à 300 millions. Lenglet est le 23e Français à porter le maillot du Barça. Sa carrière aurait sans doute pris un visage différent si Anderlecht avait réussi à le transférer il y a quelques années. Alors qu'il était en test à Nancy, en Ligue 2, Lenglet était dans le viseur du club bruxellois. Des gens qui ont suivi le dossier de près confirment qu'il est venu à Neerpede pour visiter les installations. Avant cela, il avait été scouté à plusieurs reprises et tous les rapports étaient positifs. En France, il était déjà connu à l'époque comme l'un des meilleurs jeunes défenseurs du pays. Le dossier a été transmis avec la plus grande priorité à Herman Van Holsbeeck, puis les versions divergent. Certains prétendent qu'il était possible de transférer Lenglet mais que le dossier n'a pas été bien géré, voire boycotté par un agent. Selon Van Holsbeeck, le transfert était très difficile. " J'ai demandé l'avis de Mogi Bayat qui m'a dit que Lenglet était très fort mais a immédiatement ajouté qu'il ne serait pas pour rien. Ce n'était pas un problème. Nous avons regardé s'il était possible de le faire mais ça ne l'était pas. " Selon Van Holsbeeck, Lenglet avait décidé d'aller à Nancy puis en Italie, en Espagne ou en Angleterre. Anderlecht ne faisait pas partie de son plan de carrière. " Nous avons fait le forcing pour le convaincre mais nous n'y sommes pas parvenus ", dit Van Holsbeeck. " Lenglet a tenu parole car, peu après, il a signé à Séville. Son transfert à Barcelone constitue la preuve que nous avions vu clair. "