Novak Djokovic (32 ans) a remporté à Melbourne son 17e grand chelem. Il a été autoritaire jusqu'en finale, où Dominic Thiem l'a fait transpirer pendant cinq sets. L'Autrichien de 26 ans n'a pas encore enlevé un seul Grand Chelem : dans ses deux finales à Roland Garros, en 2018 et en 2019, il s'est heurté au roi de la terre battue, Rafael Nadal. Il a pris sa revanche sur l'Espagnol à Melbourne. Celui-ci doit donc reporter ses projets -égaler les vingt Grands Chelems de Roger Federer - jusqu'à Paris.
...

Novak Djokovic (32 ans) a remporté à Melbourne son 17e grand chelem. Il a été autoritaire jusqu'en finale, où Dominic Thiem l'a fait transpirer pendant cinq sets. L'Autrichien de 26 ans n'a pas encore enlevé un seul Grand Chelem : dans ses deux finales à Roland Garros, en 2018 et en 2019, il s'est heurté au roi de la terre battue, Rafael Nadal. Il a pris sa revanche sur l'Espagnol à Melbourne. Celui-ci doit donc reporter ses projets -égaler les vingt Grands Chelems de Roger Federer - jusqu'à Paris. Le tournoi féminin a été moins prévisible. Comme lors des vingt derniers grands chelems, remportés par onze joueuses différentes : Serena Williams (5), Angelique Kerber (3), Garbiñe Muguruza (2), Simona Halep (2), Naomi Osaka (2), Flavia Pennetta, Caroline Wozniacki, Jelena Ostapenko, Sloane Stephens, Ashleigh Barty et Bianca Andreescu. Voici la numéro douze : Sofia Kenin, 15e du classement au début du tournoi Down Under. L'Américaine a été un rien meilleure que Muguruza, qui a chuté à la 36e place mondiale après sa surprenante victoire à Wimbledon en 2017. Kenin (21 ans) a déjà surpris au dernier Roland Garros en battant Serena Williams et Andreescu, la future lauréate de l'US Open. A Melbourne, elle a fait pleurer l'Australie en prenant la mesure d' Ashleigh Barty. Elle est le nouvel espoir des States et a une histoire particulière. Son père Alexander et sa mère Svetlana ont émigré en 1987 d'Union Soviétique aux États-Unis. A leur arrivée à New-York, ils avaient à peine 260 euros en poche. Alexander a effectué des études en informatique tout en travaillant comme chauffeur la nuit, Svetlana était infirmière. En 1998, quand elle est tombée enceinte, le couple est retourné à Moscou pour y passer les premiers mois de Sofia en famille. Elle a commencé à jouer au tennis à cinq ans, avec son père et Rick Macci, un vétéran qui avait travaillé avec les soeurs Williams. " Sa coordination yeux-mains était remarquable et je n'ai vu qu'une joueuse reprendre aussi vite les balles après le rebond. C'était Martina Hingis. Elle a tout pour intégrer le top dix mondial ", a déclaré l'entraîneur alors que la joueuse n'avait que douze ans. Fan de Maria Sharapova, elle a posé, devenue adolescente, pour la une de magazines de tennis réputés et elle a disputé un match d'exhibition avec Jim Courier et Serena Williams. Si Sharapova est restée fidèle à son pays, la Russie, pour la Fed Cup, Kenin se sent " l'étoile montante du tennis américain ". Samedi, elle a déclaré avoir enfin réalisé son rêve. Une belle villa à Pembroke Pines, une fille de 21 ans qui a déjà accumulé trois millions d'euros de primes, de nouveaux contrats de sponsoring qui n'attendent plus que sa signature. Le rêve américain existe, pour Alexander et Svetlana Kenin.