Le coach Marc Brys a appliqué sa stratégie favorite pendant la préparation : il a fait suer ses joueurs et les a fait courir durant de longues séances. Il n'a mis l'accent sur des séances plus spécifiques que la dernière semaine. Le nouveau STVV joue à l'image de son entraîneur : avec passion, audace et motivation. Le football des Trudonnaires s'épanouira sur la pelouse synthétique du Stayen.
...

Le coach Marc Brys a appliqué sa stratégie favorite pendant la préparation : il a fait suer ses joueurs et les a fait courir durant de longues séances. Il n'a mis l'accent sur des séances plus spécifiques que la dernière semaine. Le nouveau STVV joue à l'image de son entraîneur : avec passion, audace et motivation. Le football des Trudonnaires s'épanouira sur la pelouse synthétique du Stayen. Dans le compartiment défensif, Brys a un tel choix qu'il peut facilement composer deux lignes. Il préférera sans doute Steppe à Pirard, pour autant qu'il soit délivré de ses maux de dos. Teixeira est une certitude et formera un tandem avec Garcia les premières semaines. L'Espagnol, transféré de la Juventus, est flegmatique mais excelle à la relance et est une révélation au coeur de la défense. Il se pourrait donc que Kotysch, un pilier qui ne sera pas prêt pour le début de la compétition, doive se satisfaire d'une place sur le banc pour la première fois depuis des années. Le Japonais Tomiyasu et Mmaee, ex-Standard, sont respectivement numéros quatre et cinq dans la hiérarchie. A gauche, De Norre doit confirmer sa bonne saison de début. Il est confronté à la concurrence de Thallyson et Antunes. Botaka joue à droite. Brys a constaté que l'ailier de 25 ans obtenait un rendement offensif insuffisant et est convaincu de pouvoir le transformer rapidement en back moderne. Reste à voir si Botaka opérera le déclic et comprendra qu'il a plus de chances de jouer à ce poste. De Bruyn est le coming man de l'entrejeu. Il peut réaliser des actions, il se présente aisément devant le but et abat assez de mètres pour couvrir son flanc. Par contre, sa collaboration avec De Norre est perfectible. Comme la saison passée, Legear doit conférer de l'élan à cette ligne. Il a l'avantage de l'expérience. Le principal défi consiste à préserver la forme et la santé du frêle Ceballos. Il a échappé à une opération aux adducteurs mais la douleur revient après chaque match. De Petter et de Sart se complètement à merveille et forment le coeur et les poumons de l'équipe. En l'absence de l'un d'eux, Brys devra faire preuve de créativité. En attendant que Boli retrouve la plénitude de ses moyens, Nazon, nouveau venu, obtient sa chance. La saison passée, le Haïtien a inscrit douze buts en 37 matches en divisions trois et quatre anglaises. Sa profondeur, ses combinaisons et son sang-froid devant le but font de lui le fer de lance idéal du compartiment offensif. Avec Ceballos et Bezus dans son dos, Nazon n'a plus qu'à soigner son placement. Devant, c'est surtout Bezus qui doit diriger les opérations. Ce système à un attaquant est une concession à Bezus, qui dispose ainsi de plus d'espaces. Acolatse est en théorie un renfort pour n'importe quel club belge moyen mais il n'est pas encore prêt à assumer un rôle significatif, techniquement et physiquement. Le vif Sekine, loué par Ingolstadt, et Janssens devront encore patienter un certain temps. L'ossature de l'équipe est restée intacte et a été complétée par des joueurs comme Garcia, De Bruyn et Nazon, qui peuvent briguer une place de titulaires. Malgré la largesse du noyau (trente joueurs), Brys sera confronté à un gros problème si quelques joueurs-clefs sont forfait. Le centre de la deuxième et de la troisième ligne est trop peu étoffé pour lutter pour une place dans le top six jusqu'au terme du championnat régulier. Saint-Trond a le droit de viser les PO1, ça témoigne même d'une grande passion, mais le matériel mis à la disposition de l'entraîneur n'est pas en rapport avec les ambitions nourries par la direction.