A la demande du président Jules Dethier, Robert Waseige (68 ans) a récemment rejoint le boss, Raphaël Quaranta, Alain Sable et Julien Gauthy au sein de la cellule sportive du Matricule 4. C'est un retour aux sources pour un homme qui a connu tant d'heures intéressantes et passionnantes comme joueur et coach des Sang et Marine.
...

A la demande du président Jules Dethier, Robert Waseige (68 ans) a récemment rejoint le boss, Raphaël Quaranta, Alain Sable et Julien Gauthy au sein de la cellule sportive du Matricule 4. C'est un retour aux sources pour un homme qui a connu tant d'heures intéressantes et passionnantes comme joueur et coach des Sang et Marine. " Cela s'était mal terminé avec une direction précédente ", rappelle-t-il. " J'avais cru que mon attachement avec ce club fai- sait définitivement partie du passé. La passion de Dethier a changé le cours des choses. Il a réinsufflé une nouvelle vie et ce monument du football belge a retrouvé le goût du succès et surtout du travail au quotidien. Il se passe indiscutablement quelque chose de très intéressant à deux pas de Rocourt. Ce club était moribond, il revit, c'est formidable. Liège, la Hesbaye et toute la Belgique du football ont les yeux tournés vers Ans. Le Standard est une grande surface de la D1 mais on peut trouver des choses intéressantes chez le petit épicier du coin. Liège propose du frais à ceux qui viennent faire un tour rue Gilles Magnée, à Ans. Le grand architecte de ce retour à la une n'est autre que Quaranta. Il a l'étoffe du top et je suis étonné du fait qu'aucun club de D1 ne se soit pas encore tourné vers lui. Avec son staff technique et la cellule sportive, il abat un travail remarquable. L'état d'esprit est formidable. Ce club est ambitieux mais pas prétentieux. La vigilance est permanente. Alain Sable et la cellule sportive ont réalisé une magnifique campagne des transferts en été ". Sable a souvent souligné l'impact de Quaranta, son énergie, le soin qu'il accorde aux jeunes du cru, etc. " Notre coach s'adapte avec maestria aux événements ", précise cet enseignant qui fut une promesse du football liégeois avant d'accorder la priorité à ses études. " Il a su être solidement organisé, passant au bon moment du 4-5-1 à un 4-4-2 collant avec les potentialités de son groupe. C'est un bosseur en phase avec son groupe. L'osmose est intéressante et nous bénéficions désormais du formidable vécu de Waseige dont j'avais fait la connaissance à Rocourt. Cela constitue une richesse de plus pour ce club qui vit sagement ". Un retour en D2 fait rêver. Et, à plus long terme, les Sang et Marine peuvent-ils vraiment songer à un come back au sein de l'élite ? Waseige sourit : " Des réalités importantes et palpables se mettent en place. La D1, ce serait merveilleux et j'y crois mais je suis aussi un homme réaliste. Il faut avancer pas à pas et c'est en fin de saison uniquement qu'on dresse les vrais bilans. Je suis heureux de donner un avis et un coup de pouce quand on me le demande ".