A Anderlecht, on a comparé Aimé Anthuenis à Pierre Sinibaldi. "Sini" était l'entraîneur corse qui avait trusté les titres avec Anderlecht dans les années 60, en pratiquant un foot d'avant-garde basé sur le 4-2-4 et le fait de jouer très haut en tentant systématiquement de tendre le piège du hors-jeu. Un style de jeu très offensif à la limite du romantisme qui... empêcha les Mauves de vraiment briller sur la scène européenne.
...

A Anderlecht, on a comparé Aimé Anthuenis à Pierre Sinibaldi. "Sini" était l'entraîneur corse qui avait trusté les titres avec Anderlecht dans les années 60, en pratiquant un foot d'avant-garde basé sur le 4-2-4 et le fait de jouer très haut en tentant systématiquement de tendre le piège du hors-jeu. Un style de jeu très offensif à la limite du romantisme qui... empêcha les Mauves de vraiment briller sur la scène européenne. "Amadeus" Anthuenis n'a rien à voir avec "Sini". Le premier est non fumeur et boit volontiers un coup en bonne compagnie, mais le second ne buvait que du jus d'orange et fumait comme un turc. Et "Sini" ne se serait jamais passé d' Alin Stoica au moment de faire son équipe. Il l'aurait plutôt construite autour du jeune Roumain. "Amadeus" fait le contraire... bien que de façon très étonnante, il révèle à Bruno Govers cette semaine qu'il est celui qui préfère Stoica à Anderlecht! Anthuenis a une vocation d'éducateur et estime qu'il n'a pas encore terminé de dégrossir Alin. Possible. "Amadeus" obtient de bien meilleurs résultats que "Sini" sur le plan européen. Et le titre pourra difficilement lui échapper cette saison encore,...avec les compliments d'une équipe brugeoise incapable de se ressaisir. Impossible pour Anderlecht de résister à l'envie de rallonger dès maintenant jusqu'en 2004 le contrat de son entraîneur à succès. Si on se bat pour conserver ses joueurs, il faut également se battre pour conserver le coach. Logique. Si l'entraîneur partait maintenant, il y aurait trop à reconstruire en une fois. Car Anderlecht vit sur les charbons ardents. Si "Sini" savait qu'il reverrait tout son noyau à la reprise estivale des entraînements, ce n'est pas le cas d'"Amadeus".Qui va quitter le Parc Astrid à la suite de Dheedene? Pour l'instant, seul Radzinski serait réellement demandeur mais Koller, Goor et autres Stoica ont les oreilles aussi largement ouvertes que Bugs Bunny. Qu'un grand club leur offre un gros contrat et ciao tutti! D'autant qu'il existe un phénomène d'entraînement des joueurs entre eux en matière de transferts. Quand Albert est parti pour Newcastle, Degryse et Nilis se sont senti des fourmis dans les jambes. La même chose s'est passée au Standard avec Wilmots, Genaux et Léonard... Dans les semaines ou les mois qui viennent, le trésor de guerre d'Anderlecht risque de s'alourdir mais sans nécessairement avoir une équipe digne de ce nom pour jouer la Ligue des Champions. "Amadeus" va encore flipper. "Sini" ne flippait jamais.Le match dans le match entre Scifo et Broos a fourni un score très sec en faveur des Hurlus. Mouscron jubile, le Mambourg pleure. Hugo Broos a tremblé sur ses bases mais a tenu. Pourtant, les critiques ont fait bourdonner ses oreilles. Broos est un grand connaisseur inflexible : il gardera le plus longtemps possible son équipe-type, quitte à faire preuve d'une patience inaltérable quand les choses ne tournent pas. A la longue, dans ce processus, Broos énerve toujours ses joueurs inquiets car il ne leur parle qu'exceptionnellement individuellement. C'est un entraîneur de la vieille école qui continue de prouver son savoir-faire. Enzo Scifo est forcément un entraîneur de la jeune école qui cherche encore ses repères. Il suspend Tokéné et sa défense se plante. Il relance Brogno et ce dernier joue mal. Marquez pas de chance pour Enzo. Ou peut-être pense-t-il que tout le monde se donne autant qu'il se donnait? En tout cas, il aurait tort de se décourager, les Zèbres ont eu de bons moments après le repos. Un autre jeune entraîneur qui apprend ses gammes est Michel Preud'homme. Son équipe a fait peser une réelle menace permanente sur la défense de Westerlo mais a donné deux buts à l'équipe de Ceulemans. C'est douloureux mais les Rouches gardent leur rang de candidat européen. De toute manière, être entraîneur fait toujours mal quelque part. Daniel Leclerq en sait quelque chose : ses Loups ont balayé St-Trond du terrain mais n'ont ramené qu'un point du Limbourg. John Baete