Arrivé de Tournai précédé d'une flatteuse réputation, le distributeur américain a éprouvé des difficultés à trouver ses marques à Ostende.
...

Arrivé de Tournai précédé d'une flatteuse réputation, le distributeur américain a éprouvé des difficultés à trouver ses marques à Ostende.Alton Mason: Cela va mieux, je commence à me sentir plus à l'aise. A quelles difficultés étiez-vous confronté au début?J'ai dû m'adapter à un nouveau rôle. A Tournai, on me demandait essentiellement d'être un marqueur. A Ostende, je dois surtout faire jouer les autres et m'ériger en patron sur le terrain.La succession de joueurs comme J.R. Holden et Ed Cota est-elle lourde à porter?Je ne m'en préoccupe pas. Je ne dénigre pas le talent de ces joueurs qui m'ont précédé à l'Arena Mister V; je m'efforce uniquement d'améliorer mon propre jeu. Et tant pis si certaines personnes ont tendance à vouloir comparer. Comparaison n'est pas raison.Le grand public a tendance à regarder uniquement le nombre de points marqués.Je suis encore capable de marquer. Mais cela dépend des possibilités de tirs qui me sont offertes. A Tournai, je prenais la plupart des tirs importants. A Ostende, tout le monde est capable d'apporter son écot au marquoir. Une fois c'est l'un, une fois c'est l'autre. Si je suis libre, je tente ma chance. Parfois cela rentre, parfois pas. Mais, forcément, je ne marquerai plus 30 points à chaque match.En principe, votre rôle devrait être plus facile puisque vous êtes mieux entouré qu'à Tournai.Oui, encore faut-il que je m'habitue à mes nouveaux partenaires. Et cela aussi prend du temps.La patience n'a pas toujours été la qualité première des dirigeants ostendais. Déjà, la presse s'est fait l'écho d'un possible changement de distributeur.Je ne fais pas attention à ce qu'on lit dans la presse et à ce qu'on entend dans les tribunes. Ce qui m'importe, c'est ce que me dit mon coach. Et, jusqu'à présent, il me fait confiance. Il me parle beaucoup, me conseille de jouer mon jeu. Lorsque j'aurai retrouvé confiance, je m'améliorerai au fil des semaines.A ce jour, vous n'avez pas encore regretté votre transfert à Ostende?Pas du tout, c'est un pas supplémentaire que j'ai franchi. Je sais que je suis capable de jouer à ce niveau. La pression est plus forte qu'à Tournai, mais je pouvais m'y attendre. Ici, il faut toujours gagner. L'objectif est de décrocher le titre. Et c'est bien pour cela que je suis venu.Quel souvenir gardez-vous de votre passage à Tournai?Un très bon souvenir. Les playoffs ont été atteints, ce qui était inattendu. J'ai contribué aux premiers succès d'une nouvelle équipe parmi l'élite. Je me suis fait connaître. C'est grâce à mes prestations là-bas que j'ai obtenu ce transfert pour Ostende.