Positif

Sa plus grande qualité est bien évidemment sa vitesse de course. Aussi bien sur les premiers mètres que sur des courses plus longues, Aloys fait partie des joueurs les plus explosifs de notre championnat.
...

Sa plus grande qualité est bien évidemment sa vitesse de course. Aussi bien sur les premiers mètres que sur des courses plus longues, Aloys fait partie des joueurs les plus explosifs de notre championnat. Sa frappe de balle est de très bonne qualité surtout du pied droit. Du gauche, il est capable, du gauche d'envoyer des missiles, qui peuvent aussi bien décrocher la toile d'araignée que partir dans les nuages. C'est plus grâce à sa spontanéité et à sa vitesse d'exécution qu'à sa technique que ses tirs atteignent une puissance remarquable. Son jeu en profondeur fait partie de ses grandes spécificités même s'il maîtrise correctement le jeu en pivot dos au but. Ses appels de balle dans le dos de la défense centrale sont meurtriers pour l'adversaire. C'est un joueur audacieux qui ne craint pas de s'engager dans des raids qui, à première vue, semblent irréalisables. Sa vitesse transforme souvent cette prise de risque en véritable banco pour son équipe. Son endurance, pour un joueur explosif, est de très bon niveau. Elle lui permet de répéter les sprints et ainsi d'user ses opposants directs qui, en fin de match, éprouvent d'énormes difficultés à contrer un joueur doté d'une telle vitesse. Il fait preuve d'une excellente mentalité et ne rechigne pas à prolonger les entraînements par des séances de perfectionnement individuel. C'est quelqu'un qui a faim car il a beaucoup végété dans les divisions inférieures. A presque 26 ans, il n'a encore inscrit que 15 buts en D1 et il a une énorme envie d'améliorer ses statistiques et son palmarès. L'ancien joueur de Liège, de Visé et du Brussels résiste très bien au duel. Il est solide sur ses appuis et sort souvent gagnant des 1 contre 1 grâce à sa vélocité. L'attaquant fait preuve d'une fragilité musculaire souvent présente chez les joueurs explosifs. Il revient d'une très grave déchirure aux ischio qui l'a tenu éloigné des pelouses pendant près d'une saison entière. Il faut qu'il se soigne et se repose dans les mois qui viennent pour éviter une nouvelle rechute. Son jeu de tête est très moyen pour un attaquant de pointe malgré une taille correcte (1,80m). Il est capable de dévier des ballons en pleine course dans les airs aussi bien dos au but que dans les 11 derniers mètres. Par contre, à l'arrêt ou face à des défenses regroupées, il éprouve beaucoup plus de difficultés à s'imposer dans le trafic aérien. Son mental fait partie de ses importants points faibles. Quand il est en confiance tout lui réussit. Par contre, il suffit d'un petit grain de sable pour enrayer cette belle mécanique et installer le doute dans son esprit. Il devient alors un joueur très vulnérable. Même si tout le monde à Malines le considère comme un joueur très important du noyau, il ne sera jamais un des leaders du groupe car il manque de charisme pour endosser ce rôle. Sa technique est loin d'être exceptionnelle et ses dribbles sont davantage réalisés grâce à sa vitesse d'exécution plutôt que par un enchaînement de crochets courts qu'il ne maîtrise pas vraiment. Ses contrôles et sa conduite de balle présentent encore pas mal de déchets techniques. Ceux-ci se voient surtout quand il est en manque de confiance. Même s'il est capable de marquer des buts fantastiques, il n'est pas un véritable buteur et encore moins un renard des surfaces. Il est plus fort pour créer des espaces pour ses partenaires que pour rester dans les 16 mètres et pousser le ballon au fond des filets. Son jeu en perte de balle est encore déficient, son repositionnement tactique connait des lacunes. Cela se voit plus nettement dans l'axe car il est concerné par plusieurs adversaires et il ne sait pas toujours où il doit se replacer. Mais c'est davantage préjudiciable à l'équipe lorsqu'il évolue sur un flanc car la couverture est alors moins bien assurée.Né en 1963, Etienne Delangre joua comme défenseur au Standard de 1981 à 1992 (267m en D1 et 6b, champion en 82 et 83). Ex-chargé de cours à l'Ecole du Heysel, il coacha de la P1 à la D1 (Charleroi).