La démocratie corinthienne, vous vous souvenez ? On en a parlé lors de la mort du sublime Socrates. Tout le monde décidait dans ce club de Corinthians. Un homme, une voix. Les transferts, la couleur du bus, les primes, le salaire du kiné. Une sublime aventure dans un pays qui, à l'époque, était une dictature. L'exemple est venu du terrain pour pousser les Brésiliens à aller voter et changer le cours de l'histoire de leur pays.
...

La démocratie corinthienne, vous vous souvenez ? On en a parlé lors de la mort du sublime Socrates. Tout le monde décidait dans ce club de Corinthians. Un homme, une voix. Les transferts, la couleur du bus, les primes, le salaire du kiné. Une sublime aventure dans un pays qui, à l'époque, était une dictature. L'exemple est venu du terrain pour pousser les Brésiliens à aller voter et changer le cours de l'histoire de leur pays. Les Français font exactement l'inverse. Une démocratie, c'est quand le peuple élit ses représentants. Et qu'est-ce vous croyez qu'il veut le peuple français ? Il veut que ces crétins de footeux dégagent. La pelouse et le plancher. Le drame de ce pays, c'est que son équipe nationale de foot incite à l'intolérance. Il n'y a qu'en faisant front commun sur le terrain que l'on pourra dégager le Front National, sinon la République française va tourner à la dictature. Le comble est bien là, la génération bleu-blanc-beur avait été la plus belle arme pacifique contre les fachos. Celle-ci est son bras armé. La vraie connerie, c'est ça. Faire le jeu de son adversaire. La France le fait sur tous les terrains. Les langues de putes ont pris le pouvoir. Quel manque de classe dans une lutte de pouvoir de basse classe. Le pouvoir d'être en ne faisant que paraître. Je suis riche, je suis bon, donc je suis. En fait, t'es rien. L'Hexagone ne tourne plus rond depuis trop longtemps. A force d'arrondir les angles, on n'approche plus du grand rectangle. On pourrait répondre : - Casses-toi avec ton putain de talent ! T'es qui toi, Jérémy Menez ? Qui, avant le quart contre l'Espagne, se couche sur le banc et fait mine de dormir. Son cerveau le fait trop souvent et sans faire semblant. T'es qui Yann M'Vila pour snober ton coach ? Un champion du monde. Pauvre Laurent Blanc ! Un grand champion, un grand homme, un des bleu-blanc-beur qui se fait humilier par les bleus-blancs-branleurs. Mais un grand coach a toujours besoin d'un porte-parole, d'un gardien d'idées, d'un chien guide sur le terrain. Lui qui l'a été, n'a personne. C'est le néant. Cela dit, son coaching a été un peu transparent. Un peu frileux. Un peu, beaucoup le Bordeaux petit poucet qui s'exprimait en Ligue des Champions. En tout cas, il n'a pas su faire des ses branleurs des gagneurs. A l'inverse de CesarePrandelli. Un Italien donnerait son dernier souffle dans un effort pour un coéquipier. Un Français se demanderait d'abord si son effort, voire miracle, ne risquerait pas de le décoiffer. Il est temps que les centres de formation deviennent d'abord des centres d'éducation. Plus que jamais, l'éducation est l'avenir de notre humanité. Moi ça ne me dérange pas que Nasri dise : " Ferme ta gueule !" à un journaliste. Pas du tout. Un : il avait fait le boulot sur la pelouse, il avait donné du bonheur en marquant un but important. Deux : je l'ai déjà rencontré et il avait été charmant, poli et respectueux. Trois : il y a certains écrits qui sont bien plus violents que certaines paroles. D'ailleurs, je suis mal placé pour en parler. Un collègue de Footmag vient de me rappeler qu'il y a 20 ans de cela, je l'avais menacé physiquement. En toute discrétion, certes, mais en toute conviction aussi. Ce qui m'ennuie, c'est quand Samir se dispute avant le quart de finale avec Alain Boghossian. Sur le bord du terrain, pendant 20 minutes, parce qu'il demande des explications sur son statut de remplaçant. Ce qui me gêne, c'est qu'il insulte la mère d'un journaliste qui ne lui a rien fait. Ce qui me gêne, c'est qu'il a beaucoup marché pendant cet EURO. Comme KarimBenzema d'ailleurs. Benz s'égare quand il ne joue pas dans une équipe dominante. Les Bleus, faut les envoyer aux JO. Représenter la France en 20 km marche. L'EURO a été une parfaite préparation. Un pèlerinage en Mondovision pour éviter les naufrages à répétition. Allons enfants de l'infamie, votre jour de gloire peut (encore) arriver ! Mais faut faire le grand nettoyage. Vite ! T'es qui toi, Jérémy Menez ?