Il y a quatre ans, vous entamiez très bien le Mondial à titre personnel: la suite fut moins drôle pour les Diables Rouges...

Eric Deflandre: La page est tournée depuis belle lurette. C'est déjà une époque différente mais très importante dans le film de ma carrière. J'avais bien dépanné, je crois, en entrant au jeu face à la Hollande. Avec un zeste de chance, la Belgique aurait pu et dû franchir le cap du premier tour. Nous connaissons les limites et les atouts de notre potentiel. Tout passera une fois de plus par la valeur du collectif en Asie. Parler du groupe, ce n'est pas faire preuve d'un manq...

Eric Deflandre: La page est tournée depuis belle lurette. C'est déjà une époque différente mais très importante dans le film de ma carrière. J'avais bien dépanné, je crois, en entrant au jeu face à la Hollande. Avec un zeste de chance, la Belgique aurait pu et dû franchir le cap du premier tour. Nous connaissons les limites et les atouts de notre potentiel. Tout passera une fois de plus par la valeur du collectif en Asie. Parler du groupe, ce n'est pas faire preuve d'un manque de confiance individuelle. Lyon a de gros cubes mais c'est d'abord parce que le groupe a voulu le titre dans toutes ses composantes que le sacre a été possible à Gerland. Quand personne ne lâche rien, dans le cadre de ses possibilités, l'ensemble a forcément plus de chance de gagner. Oui. La Tchéquie était, disait-on, supérieure à la Belgique. Chacun a su se sublimer au service de la cause commune et les Diables Rouges ont finalement gagné les deux matches. Beaucoup ont déjà oublié ce double exploit mais il fit tout de même le tour de l'Europe. Etre là, au bon moment, face au monde entier, pour la sixième fois de rang, c'est pas rien. Il y avait aussi eu l'une ou l'autre absence importante face à la Tchéquie. Le coach fédéral a trouvé les solutions et prouvé que le football belge, sans être une mine d'or, comme on dit, a des ressources. Je m'appuye, entre autres, sur ces deux matches face à la Tchéquie pour me dire que nous avons aussi les moyens de réaliser une Coupe du Monde intéressante.Pas nécessairement. A ce niveau-là, il n'y a que des équipes compétitives. Le Japon aura la chance de se retrouver devant son public. C'est un avantage important et on sait que les hommes de Troussier prennent les choses au sérieux et leur jeu est dynamique, rapide et engagé. Il faudra intégrer et gérer les problèmes générés par une équipe débutant sur ses terres. Je ne vois pas du tout pourquoi d'aucuns snobent la Russie. Même après la chute du communisme, ce pays reste un géant sur la scène mondiale et dispose de joueurs quu font le bonheur de grands clubs, en Espagne notamment. Je ne citerai qu'un nom: Mostovoi. Et il y en a d'autres pour prouver la valeur d'un jeu probablement plus inventif que du temps de l'Union Soviétique. La Tunisie est riche techniquement. Je suis animé par l'ambition d'aller le plus loin possible. Si on joue comme à Prague, on peut faire un bon bout de chemin. (P. Bilic)