Comment avez-vous réagi quand David Houdret vous a proposé ce rôle ?
...

Comment avez-vous réagi quand David Houdret vous a proposé ce rôle ? J'ai toujours adoré parlé du football. Il savait que j'étais déjà passée en télé sur le plateau de la RTBF, que j'ai la discussion facile et je suis beaucoup l'actualité. J'avais aussi eu des contacts avec Pascal Scimè lors des rassemblements des Red Flames. Leur volonté était de trouver une consultante pour les 10 ans de l'émission. Ma première à l'antenne s'est bien déroulée et j'ai reçu plusieurs critiques positives. Je serai présente une ou deux fois par mois en fonction de mes activités. Anne Ruwet présente la Champions League sur Club RTL et Christine Schréder l'Europa League sur la RTBF, on parle plus des Red Flames, ... Le rapport femme-foot évolue bien ou pas suffisamment à vos yeux ? Les deux. J'ai connu Anne Ruwet quand elle travaillait au Standard et elle a gravi les échelons. Christine a vraiment apporté son expertise dans le suivi du foot anglais. C'est bien mais on pourrait faire mieux. En France, une chaîne comme Eurosport emploie des femmes et pas uniquement pour traiter le foot. Le foot reste un milieu masculin mais la femme y a sa place. Suivre l'actualité, relayer des infos, partager sa passion... Une femme sait tout autant le faire qu'un homme. Et elle y apporte sa sensibilité. Unir des hommes et des femmes sur un lieu de travail est l'idéal : chacun a besoin de l'autre. Les mentalités changent mais cela prend du temps. Vous avez vite eu le sens de la communication. À 15 ans, vous envoyiez vos résumés de match à la presse écrite... La presse accordait très peu d'attention à notre championnat et j'ai sollicité un journaliste. On a commencé par recevoir un résumé de temps en temps. D'autres articles ont suivi au fur et à mesure de l'évolution de ma carrière (passage en Nationale, signature au Standard, ...) et de celle du foot féminin. Quand je suis devenue professeur d'éducation physique, j'ai dû apprendre à m'adresser à un groupe. Puis j'ai été engagée par la Fédération pour développer le foot féminin. Là aussi j'ai dû m'exprimer pour présenter des projets, obtenir des subsides, donner des interviews, etc. Quel est votre rôle à la Fédération ? Désormais, je donne cours à mi-temps à Liège au foot-élites féminin. On peaufine la tactique, on propose aux joueuses des analyses vidéo, etc. On complète le travail des clubs. Ces filles représentent l'avenir de l'équipe nationale. Je joue aussi au PSV. Aux Pays-Bas, les entraînements ne se donnent pas en soirée, contrairement à la Belgique. J'ai donc la possibilité d'avoir une vie de famille.