Ton interview la plus étrange ?

Aux Etats-Unis, lors de la Coupe du Monde 1994, un journaliste m'a demandé si je n'étais pas de la famille de Pierre Tchernia. C'était pour une séquence humoristique type caméra cachée.
...

Aux Etats-Unis, lors de la Coupe du Monde 1994, un journaliste m'a demandé si je n'étais pas de la famille de Pierre Tchernia. C'était pour une séquence humoristique type caméra cachée. Kool and the Gang, lors de la saison 1986-1987, quand je portais le maillot du Standard. J'ai beaucoup de disques de Barry White, The Supremes,... Mon rêve, c'était de voir Diana Ross. J'ai eu des places pour un concert de George Michael mais j'ai donné les tickets à mon épouse. Je me souviens aussi avoir vu un artiste néerlandais, René Froger, il y a six ou sept ans, à Anvers. A l'époque, j'avais été interpellé par les paroles de Le téléphone pleure, de Claude François. Aujourd'hui, après l'avoir entendue 100.000 fois, elle me fait moins d'effet. Il y a en a plusieurs ! Roger Federer car c'est un mec sympa qui ne se prend pas au sérieux. Steven Spielberg pour savoir comment il a débuté. Et les journalistes qui m'ont descendu durant toute ma carrière pour leur demander pourquoi ils étaient aussi critiques ! Elle date : Team Spirit, un film flamand sur le football amateur sorti il y a plus de dix ans. Le premier Rocky, quand Sylvester Stallone appelle son épouse après s'être s'incliné. Mes yeux sont restés secs mais, quand tu as été joueur du foot, tu peux comprendre l'émotion que ressent le personnage. Un des livres d'histoires incroyables de Pierre Bellemare. Brice de Nice. Hormis deux ou trois bons moments, cela volait au ras des pâquerettes. Le film durait une heure et demie mais j'ai eu l'impression de me taper les quatre heures de Ben Hur ! Careless whisper, de George Michael. J'ai connu ma femme sur cette chanson. C'est bizarre car le thème traite de la séparation ! L'arnaque avec Paul Newman et Robert Redford, deux arnaqueurs qui essaient de venger la mort d'un ami. Je voulais le revoir depuis des années et Arte a eu le bon goût de le programmer récemment. A l'époque, j'avais été impressionné par la mise en scène. Aujourd'hui, c'est un peu différent. Je n'utilise jamais d'ordinateur. Cela m'énerve et je n'arrive pas à rester assis très longtemps. Les films de science-fiction, comme Star Wars, très peu pour moi. Et je ne supporte pas les images sur les pays sous-développés, où l'on voit des enfants mourir de faim. En 2011, c'est fou que tout le monde ne puisse pas se nourrir ou boire décemment !