" On ne se demande plus s'il va gagner un grand chelem mais quand ", a déclaré Novak Djokovic, numéro un mondial. Il était favori aux finales de l'ATP de Londres mais Alexander Zverev était dans un grand jour et a défait le Serbe 6-4, 6-3. " Il va devenir la nouvelle étoile du tennis ", a ajouté Boris Becker sur la BBC, quand son jeune compatriote a également dominé Roger Federer en deux sets.
...

" On ne se demande plus s'il va gagner un grand chelem mais quand ", a déclaré Novak Djokovic, numéro un mondial. Il était favori aux finales de l'ATP de Londres mais Alexander Zverev était dans un grand jour et a défait le Serbe 6-4, 6-3. " Il va devenir la nouvelle étoile du tennis ", a ajouté Boris Becker sur la BBC, quand son jeune compatriote a également dominé Roger Federer en deux sets. Il y était déjà parvenu à Montréal, de même qu'à Rome, il avait pris la mesure d'un Djokovic pas encore au sommet de sa forme. Mais l'élimination des deux ténors, qui jouaient leur meilleur tennis, durant le même tournoi, c'était une première pour le numéro quatre mondial. " Je reste sur la meilleure année de ma jeune carrière. " Il a disputé 79 matches officiels et nul n'en a gagné autant (54) mais sa quatrième victoire en tournoi de la saison a surtout été une délivrance. " Il devenait impatient. C'est bien beau de gagner un tournoi à Washington ou à Madrid mais ce n'est rien par rapport au championnat du monde officieux ", a déclaré son père, Alexander senior. " Ce succès lui donne un avantage mental à l'heure des grands chelems. " Le Hambourgeois n'a pas ménagé ses compliments à sa famille et à son équipe et dans la tribune, on a eu droit à un sourire d' Ivan Lendl, son entraîneur depuis le mois d'août. " Ivan va faire de lui un grand champion. C'était déjà manifeste après trois mois. Il a l'art de se glisser dans la tête d'un joueur ", estime Becker. L'ancien numéro mondial tchécoslovaque a entraîné Andy Murray de janvier 2012 à mars 2014. Il l'a conduit au titre olympique et à ses deux premiers grands chelems, l'US Open (2012) et Wimbledon (2013), puis, après un break de plus de deux ans, à un second titre à Wimbledon en 2016 et au premier rang mondial. Lendl est ensuite retourné à ses greens de golf, sa grande passion. " Le golf me procure quelque chose que je ne trouve plus en tennis ", explique Lendl, handicap zéro. Les connaisseurs le savent : " Il n'entraîne plus que quand il peut relever un défi spécial. " C'est Sacha, auquel Juan Carlos Ferrero reprochait son manque de discipline. Le jeune Allemand, qui considère son père comme son principal mentor, s'est rebiffé. Il ne peut toutefois compter sur Lendl que douze semaines par an. " Ça ne se voit sans doute pas au premier abord mais Ivan est un chouette type ", rigole Zverev. Son humour est devenu sa marque de fabrique. Il le rend populaire auprès du public et des sponsors. Zverev est devenu une marque mondiale grâce à Patricio Apey (ACE Group International). Il a des contrats avec Adidas, Peugeot, Richard Mille (montres de luxe), Z Zegna... Un garçon très glamour qui est bien décidé à briller en messieurs, cinq ans après son titre en juniors à Melbourne.