Quand on vous a proposé La Tribune, vous vous êtes dit : 1. Enfin, je désespérais. 2. Au secours, comment gérer une nouvelle collaboration ! 3. Mon rêve, c'est RTL. 4. Je prends match par match.

La 4. Ma nature, c'est Carpe Diem. J'ai accepté sans me prendre la tête : je ne suis pas carriériste.
...

La 4. Ma nature, c'est Carpe Diem. J'ai accepté sans me prendre la tête : je ne suis pas carriériste. Le 2. Le week-end est riche en actu et parler de tous les sujets n'est pas évident. Tout le monde prend part au débat et la sensibilité de l'un n'est pas celle de l'autre. Ce qui donne des visions différentes mais alimente la qualité des débats. Pas la 4 car il n'y aurait pas beaucoup de bons entraîneurs alors ! (il rit) Environ 10 minutes. Les moments les plus importants sont les débuts de chaque mi-temps. Tu comprends ce que l'entraîneur a mis en place : bloquer les forces adverses, profiter des faiblesses, ... Il ne faut pas trop regarder le ballon, les yeux doivent prendre de la distance pour scruter les déplacements des joueurs. Logiquement, ce qui va suivre sera la conséquence de ce qui a été observé les premières minutes. Connaître les philosophies des entraîneurs est aussi intéressant. Guardiola va adapter son système en fonction des points faibles de l'adversaire tout en développant une possession de balle à outrance et un jeu de position élaboré pour libérer de l'espace. Ancelotti est plus pragmatique et rationnel, avec un jeu vertical et certaines trouvailles, comme le rôle hybride donné à Di Maria au Real Madrid. En Belgique, Weiler privilégie l'efficacité. Van Haezebrouck travaille dans un autre style. Je ne fais pas de procès d'intention ou de jugement de valeur : l'essentiel, c'est la cohérence. C'est paradoxal : les très bonnes équipes sont simples à analyser car on comprend très vite le schéma et les intentions du coach mais elles sont difficiles à jouer. Quand c'est brouillon, que les déplacements des joueurs ne sont pas corrects, que le message de l'entraîneur n'a pas été compris, l'équipe est plus facile à affronter. La gestuelle du joueur aide aussi à comprendre son inconfort.PAR SIMON BARZYCZAK" J'ai besoin de dix minutes pour comprendre la mécanique d'un match. " ALEX TEKLAK