1 Il reste quatre matches, donc on peut commencer à se permettre de te poser la question sans trop de stress : qui sera champion ?

Même maintenant, c'est encore difficile de répondre. Je peux seulement te dire que si Bruges va gagner à Gand, ils auront une voie royale devant eux, parce qu'ils pourront même se permettre de perdre contre Anderlecht. Par contre, si Gand bat Bruges, le match de la semaine suivante entre Bruges et Anderlecht sera déterminant pour connaître le nom du futur champion. Et le déplacement de Bruges à la Ghelamco, ça va vraiment être intéressant ! Parce que ses trois victoires contre Gand en 2016, Bruges les a acquises dans son stade, avec l'appui de ce public qui est un vrai plus pour eux. À Gand, ça risque d'être une autre paire de manches.
...

Même maintenant, c'est encore difficile de répondre. Je peux seulement te dire que si Bruges va gagner à Gand, ils auront une voie royale devant eux, parce qu'ils pourront même se permettre de perdre contre Anderlecht. Par contre, si Gand bat Bruges, le match de la semaine suivante entre Bruges et Anderlecht sera déterminant pour connaître le nom du futur champion. Et le déplacement de Bruges à la Ghelamco, ça va vraiment être intéressant ! Parce que ses trois victoires contre Gand en 2016, Bruges les a acquises dans son stade, avec l'appui de ce public qui est un vrai plus pour eux. À Gand, ça risque d'être une autre paire de manches. Non, pas si c'est Bruges en tout cas. Ils ont terminé la phase classique en tête, en se montrant dominateurs lors de la plus grande partie de la saison. Donc, le Club serait un champion légitime, même s'il a eu une mauvaise période en début de saison avec ces défaites marquantes à Gand et contre Anderlecht. Bruges a mangé son pain noir très tôt, mais ne serait pas un petit champion pour autant. Par contre, les voir sacrés serait assez normal, vu les investissements très importants consentis par Bart Verhaeghe depuis plusieurs années. Ce serait la confirmation qu'un titre de champion, ça coûte très cher, sauf quand on s'appelle Leicester en Angleterre. Enfin, ça reste très cher, mais aux normes anglaises, c'est plutôt bon marché. Non, c'est clair qu'on ne peut pas être satisfait des propositions de jeu qu'on voit. Mais ce n'est pas surprenant. Chaque équipe joue sur la transition de l'adversaire, sur la perte de balle de l'autre, ce qui nous donne finalement deux possibilités : soit un match fermé où chaque équipe essaie de faire le moins d'erreurs possible, soit un match très intense, comme Genk-Bruges, où ça va d'un côté à l'autre avec beaucoup d'intensité, à l'anglaise. Là, on a du spectacle, mais c'est assez pauvre sur le plan du fonds de jeu. Parce qu'un fonds de jeu élaboré, ça demande du temps et des risques pour arriver au but adverse. Et ici, on essaie d'aller le plus vite possible en évitant de s'exposer. Même Gand a un peu dénaturé son jeu en misant un temps sur Coulibaly. C'est aussi un paramètre inhérent au système des play-offs. Les trois grands sont stressés, pour des raisons différentes : Gand est dans l'année de la confirmation, Anderlecht ne peut pas se permettre une deuxième année blanche et Bruges court après ce titre depuis des années. Du coup, les acteurs et les entraîneurs sont conditionnés. On trace la voie la plus directe vers les buts marqués, et elle passe souvent par les phases arrêtées, quand le jeu de transition ne permet pas de faire sauter le verrou. Tout le monde est un peu dans un état second, même les dirigeants dans leur communication. L'obligation d'être beau ne compte plus, même à Anderlecht. On est dans l'obligation de résultats pure et dure. Boh... On a aussi des matches un peu faussés, parce que les équipes les abordent avec des motivations différentes. Et puis, pour s'infliger ce parcours du combattant qui consiste à gagner les play-offs 2 pour jouer des tours préliminaires de Coupe d'Europe, il faut vraiment être un club en quête de lignes à son palmarès. C'est pour ça que Charleroi joue le coup à fond, parce que Mehdi Bayat veut inscrire le club dans une dynamique de réussite. Ce que Malines propose, avec des moyens modestes mais des idées de jeu, ce n'est pas mal non plus... Mais bon, quand tu vois des équipes qui tentent un jeu plus débridé maintenant, mais retomberont dans leurs travers de jeu négatif à la moindre série de défaites l'an prochain, je ne suis même pas sûr que ces PO2 soient un vrai laboratoire... PAR GUILLAUME GAUTIER" Le Club Bruges serait un champion légitime cette saison. " ALEX TEKLAK