C'est contre Gand, son adversaire de dimanche passé, qu'Alex McLeish (55 ans) a visionné Genk pour la première fois, fin août, aux côtés du président Herbert Houben et du directeur technique Gunter Jacob, très controversé. L'ancien international écossais, qui a signé pour deux ans, a assisté à une victoire 3-2 lors de la cinquième journée. Le turbulent Géorgien Tornike Okriashvili avait offert au Racing sa première victoire sous la direction de Pierre Denier. Les supporters scandaient " Jacob dehors " ou huaient l'équipe. L'ambiance a changé, notamment suite à l'embauche de Patrick Janssens au poste de directeur général. La direction et les groupes de supporters viennent de signer une charte.
...

C'est contre Gand, son adversaire de dimanche passé, qu'Alex McLeish (55 ans) a visionné Genk pour la première fois, fin août, aux côtés du président Herbert Houben et du directeur technique Gunter Jacob, très controversé. L'ancien international écossais, qui a signé pour deux ans, a assisté à une victoire 3-2 lors de la cinquième journée. Le turbulent Géorgien Tornike Okriashvili avait offert au Racing sa première victoire sous la direction de Pierre Denier. Les supporters scandaient " Jacob dehors " ou huaient l'équipe. L'ambiance a changé, notamment suite à l'embauche de Patrick Janssens au poste de directeur général. La direction et les groupes de supporters viennent de signer une charte. Avant le week-end dernier, Genk a gagné 22 points sur 36, avec un goal-average positif de 16-9, refaisant une partie de son retard sur le Club Bruges, Anderlecht et Gand. Les Limbourgeois vont lutter contre Courtrai, Lokeren, Charleroi et le Standard pour une place en PO1. Mais quelle est la griffe réelle d'Alex McLeish sur le jeu du RC Genk ? " On ne peut pas dire que le niveau du jeu ait beaucoup progressé ", estime Eddy Snelders, analyste de la chaîne Sporza. " Evidemment, le principal objectif était d'améliorer l'ambiance du vestiaire. Je n'entends plus d'écho négatif. Il n'y a plus de pommes pourries. L'atmosphère extérieure s'est apaisée aussi suite à l'accord passé avec les supporters. Les joueurs ont besoin de sérénité pour être performants. " Snelders ne pense pas que l'équipe soit complètement remise en selle. " Genk a perdu 0-2 un match crucial contre le Standard. Ce n'était pas un match fantastique et je n'ai pas décelé la patte de l'entraîneur. Le classement ne reflète pas les ambitions ni le niveau de qualité auxquels aspire le club. Il veut développer un football offensif mais il rate trop souvent le coche d'un rien, dans les matches à enjeu. Là, il n'y a pas encore eu de revirement. " L'ancien joueur pense que Genk est quand même en bon chemin. " Il a été victime de beaucoup de turbulences et il sort d'un trou très profond. Il doit encore surveiller Okriashvili et il fait vraiment tout ce qu'il peut. Sinon, le reste file droit. Genk s'appuie sur une solide organisation défensive. McLeish adapte son jeu à la valeur de l'équipe, ce qui est normal. Quand l'équipe est vraiment sous pression, elle peut compter sur LaszloKöteles, un gardien au sommet de sa forme. " " Genk prend moins de risques ", constate Wilfried Van Moer, l'ancien Diable Rouge. " Je vois surtout un football conservateur mais la mentalité affichée sur le terrain est bonne. Les joueurs se battent pour le ballon et se livrent à fond sous la férule de McLeish. C'est typiquement écossais. Comme ses prédécesseurs MarioBeen et Emilio Ferrera, il essaie de combiner. En pointe, Pelé Mboyo doit être servi dans les pieds. Il préfère en fait évoluer au poste de second avant et se déporter sur le flanc pour y trouver des espaces. " Van Moer juge difficile de prédire si Genk sera parmi les six premiers à l'issue du championnat régulier. " Je ne sais pas si ces jeunes talents sont déjà capables de hisser l'équipe au niveau des PO1 ", précise l'ancien monument du Standard. " Il faut aussi de l'expérience. J'ai parfois l'impression que Genk s'attend à ce que les jeunes s'imposent déjà. Donnez un bon médian et un avant-centre de qualité à ce onze et le problème devrait être résolu. " " Notre entraîneur a posé de solides bases défensives et il est toujours heureux que nous préservions nos filets ", explique Pierre Denier, l'entraîneur adjoint. " Sinon, il n'a pas modifié beaucoup d'accents. Disons qu'il est un manager à l'anglaise car c'est Hans Visser qui se charge des entraînements de champ, avec compétence. Notre coach procède parfois à des ajouts mais il préfère observer. Dans son bureau, il visionne énormément de vidéos du dernier match de notre prochain adversaire. Il investit beaucoup de temps dans l'analyse des équipes belges, afin de bien les connaître. D'autre part, il dispense sciemment une théorie très courte avant un match. Il n'accable pas les joueurs de toutes sortes de missions spécifiques. Les attaquants savent qu'ils sont considérés comme les premiers défenseurs et il n'est pas nécessaire de revenir là-dessus, par exemple. " Jusqu'à la 18e journée, Genk avait encaissé seize buts et possédait la meilleure défense du championnat. " C'est la preuve que nous pensons en fonction du résultat ", poursuit Denier. " Kara Mbodj a énormément progressé. L'entraîneur l'a confronté à un montage vidéo. Depuis, il prend moins de risques. Quant à ChristianKabasele, il est une véritable révélation, un plus. " Denier souligne aussi que McLeish donne leur chance aux jeunes. " Il n'a pas peur d'accorder du temps de jeu à TimothyCastagne, PieterGerkens et Siebe Schrijvers. Ce dernier doit encore acquérir un peu de puissance. Quand ce sera fait, il sera certainement une valeur sûre de l'équipe. " " Un réalisme nouveau s'est installé ", selon Alex Teklak, analyste de Proximus. " C'est même un peu étrange. Genk ne presse plus. Sous la direction de McLeish, il s'appuie sur son organisation et joue très bas. Il est très concentré sur sa position et laisse peu de brèches dans le dos des défenseurs. Il est plus compact, plus discipliné. Mais le Racing va-t-il tenir le coup ? Car selon moi, il reste surtout très fort en contre. Je me demande si McLeish ne devrait pas chercher un compromis. Je comprends ses premières démarches : prendre beaucoup de points sans forcément bien jouer. Mais je voudrais quand même découvrir le vrai visage de l'équipe. Cela veut dire placer les joueurs à leur meilleure position et tendre vers un rendement maximal. La bravoure et l'audace avec lesquelles Castagne se développe à l'arrière droit me font en tout cas plaisir. " Mboyo doit regagner du crédit auprès de ses supporters. " Il a coûté quatre millions, ce qui est quand même beaucoup, mais l'équipe ne joue absolument pas en fonction de ses qualités ", trouve l'ancien défenseur. " Pelé est un avant qui a besoin de beaucoup sentir le ballon. J'ai aussi trouvé bizarre qu'à son embauche ; McLeish déclare n'être pas au courant du mécontentement des supporters. Lui a-t-on communiqué les bonnes informations ? Est-ce possible alors qu'il a signé jusqu'en 2016 ? Quelle est la philosophie du club ? J'aimerais entendre ou lire ces réponses. " ?PAR FRÉDÉRIC VANHEULE - PHOTO: BELGAIMAGE" Quelle est la philosophie du club ? J'aimerais entendre ou lire ces réponses. " Alex Teklak