Le 8 octobre 1998, le joueur de la Juventus s'était gravement blessé au stade Friuli. Dimanche dernier, il y a décroché le titre après avoir inscrit, dès la 11e minute, le deuxième but face à l'Udinese (0-2).
...

Le 8 octobre 1998, le joueur de la Juventus s'était gravement blessé au stade Friuli. Dimanche dernier, il y a décroché le titre après avoir inscrit, dès la 11e minute, le deuxième but face à l'Udinese (0-2).Alessandro Del Piero: C'est vrai que dans ce stade, j'ai ressenti des sensations bien diverses mais le destin a voulu que ce soit précisément ici que la Juventus enlève son 26e titre. Un titre mérité car nous n'avons jamais baissé les bras et que nous y avons cru jusqu'au bout. Et comme nous ne pouvions rêver d'un meilleur départ contre l'Udinese, nos derniers doutes se sont évanouis. Il ne restait plus à espérer que la chance nous restitue ce titre qu'elle nous avait volé il y a deux lors de la dernière journée justement au bénéfice de la Lazio, qui a battu l'Inter. Après le partage à domicile avec la Lazio le 30 mars (29e journée, 1-1), nous manquions de confiance en nous. Heureusement nous n'avons pas baissé les bras. Et puis, nous avons eu un petit coup de pouce de dame chance, qui nous a fait croire que le titre était à notre portée. A Piacenza (32e journée), nous ne méritions pas les trois points mais Nedved a réussi un brillant numéro qui nous a donné la victoire.Au cours d'un championnat, il y a des matches que l'on mérite de gagner et que l'on voit les adversaires égaliser dans les arrêts de jeu et des parties où on n'a rien démontré et que l'on remporte comme contre Milan et Piacenza. Quant à moi, je dirais que j'ai été le reflet du comportement de l'équipe.Pour ce qui est du suspense, on ne pouvait pas espérer mieux. C'est vrai qu'il n'y a pas vraiment de quoi se montrer heureux par la qualité du jeu et un championnat pauvre au niveau technique. Mais je pense qu'il y a une autre plaie bien plus grave: le nombre élevé de polémiques inutiles. Je ne dirai pas que c'est la faute des journalistes. Non, mon discours est général. Ainsi, quand je regarde une émission tv, je regrette que l'on mette rarement en évidence l'aspect sportif et que l'on insiste à tout casser sur des futilités. Généralement, la qualité des images est médiocre alors que les déclarations d'après-match sont diffusées dans leur intégralité. (ESM)