Le président Roger Lambrecht et le directeur sportif Willy Verhoost ont tranché : Ariel Jacobs (53 ans) n'a pas survécu à l'élimination de Lokeren en Coupe des oeuvres de l'Antwerp et à une nouvelle défaite en championnat sur le même score : 4-1.
...

Le président Roger Lambrecht et le directeur sportif Willy Verhoost ont tranché : Ariel Jacobs (53 ans) n'a pas survécu à l'élimination de Lokeren en Coupe des oeuvres de l'Antwerp et à une nouvelle défaite en championnat sur le même score : 4-1. Lambrecht a une solution sous la main : Slavoljub Muslin (" le plus grand connaisseur de football que j'aie rencontré "), qui vient d'être limogé par le Lokomotiv Moscou, même si le Serbe a reçu d'autres offres de Russie et qu'il sait que Lokeren manque de qualité. Le duo Lambrecht-Verhoost avait d'abord ménagé Jacobs, sachant trop bien à quel point la mentalité de certains joueurs laisse à désirer. Jacobs, qui n'avait rien eu à dire dans les transferts, avait pourtant le profil idéal du bouc émissaire : son jeu est un peu trop défensif, il refuse de se plaindre de ses joueurs et est discret. Dimanche, il a été sacrifié : Lokeren n'a pris qu'un point sur quinze lors des cinq dernières journées. Travailler avec Lambrecht n'est pas une sinécure : depuis 2000, il a usé Georges Leekens, Paul Put, Franky Van der Elst, Willy Reynders, Muslin, Aimé Anthuenis (victime de problèmes de santé) et le fidèle Rudi Cossey (ad interim). L'ambitieux président exige des résultats en offrant peu de moyens. En juin, pour une fois, il s'était abstenu de clamer qu'il visait le top cinq. Parce qu'il venait de vendre pour 1,5 million, Aristide Bancé (22 ans) ? Le magnat du pneu admet avoir commis une erreur dans le secteur offensif. Il avait convenu avec Jacobs d'essayer de jouer sans avant, en misant sur la vitesse des flancs. Un manager a proposé Patrick Ogunsoto, le Nigérian qui fait un tabac à Westerlo, mais Lokeren a refusé, préférant enrôler l'international congolais Patiyo Tambwe, censé être le complément de l'international macédonien Goran Maznov. Las, les deux hommes ne sont pas assez forts, ils ne sont pas des finisseurs et, en plus, ne sont pas approvisionnés comme il le faudrait. Aboubacar Camara Mbaye pallie la carence observée à droite mais manque de régularité. Runar Kristinsson a obtenu un an de plus mais l'Islandais de 37 ans, usé, est devenu un joker. Lambrecht a renvoyé ceux qui assuraient 70 % des buts de Lokeren : Goran Drulic (amené par Muslin et Dejan Veljkovic) était trop fragile. Auteur de quatre buts en treize matches, le Serbe était pourtant opportuniste et apportait un plus, comme Hakim Bouchouari, la révélation de la saison dernière. Le Belgo/Marocain a marqué six buts en 30 matches mais a plané. Son comportement a suscité l'ire du groupe des joueurs et du club. Quand le Standard a offert 300.000 euros pour son transfert définitif, Lambrecht a été enchanté car il ne supporte pas les footballeurs qui se laissent enivrer par leur (bref) succès. Le principal problème de Lokeren est sans doute l'autocratie du président. Il n'y a plus de réunions du conseil d'administration, le duo Lambrecht-Verhoost détient tout le pouvoir de décision et consulte de temps à autre le secrétaire Louis Horemans et un collaborateur, Herman Stijlemans. Remarquant que la qualité des Africains est en chute libre, ils prospectent d'autres marchés. L'aide de Veljkovic, un ami de Muslin, constitue une option, bien que le Sporting semble surtout s'intéresser aux hordes de footballeurs français au chômage. Une chose semble certaine : limoger Jacobs, éventuellement ses adjoints Wlodek Lubanski et Cossey, et les remplacer par le duo Muslin- Alexander Jankovic coûterait très cher. C'est précisément ce que veut éviter Lambrecht, qui voit ses recettes fondre, suite à la médiocrité du football développé. Et un mauvais classement diminue le montant des droits de retransmission. Bref, le scénario catastrophe pour Lambrecht. FRÉDÉRIC VANHEULE