"Anderlecht ne s'en rend pas encore bien compte : Aleksandar Mitrovic, c'est plus que de l'or en barre, c'est un filon 24 carats à lui tout seul ", lance Milan Jovanovic qui a récemment opté pour le métier d'agent de joueurs. Le pivot d'Anderlecht ne fait pas partie de son écurie mais de celle de Nenad Jestrovic.
...

"Anderlecht ne s'en rend pas encore bien compte : Aleksandar Mitrovic, c'est plus que de l'or en barre, c'est un filon 24 carats à lui tout seul ", lance Milan Jovanovic qui a récemment opté pour le métier d'agent de joueurs. Le pivot d'Anderlecht ne fait pas partie de son écurie mais de celle de Nenad Jestrovic. Cela ne l'empêche pas, au contraire, de jeter un regard intéressant sur le processus de maturation de ce jeune joueur : " Je le suis attentivement depuis son arrivée à Anderlecht. Il a fait un grand bond en avant sur le plan mental. Je sais de quoi je parle et toute la pression que cela engendre. Quand je suis arrivé de Liverpool, c'était avec l'obligation de gagner le titre pour justifier la confiance investie en moi et être à la hauteur de mon salaire. Ces deux courses au titre m'ont épuisé nerveusement, au point de m'inciter à mettre un terme à ma carrière. " " J'avais 30 ans alors qu'Aleksandar en accusait seulement 18 quand il débarqua à Anderlecht. Le prix du transfert n'aurait intéressé personne dans un grand championnat mais, en Belgique, c'était un record. Et les attentes étaient énormes. Mitrovic a eu des hauts et de bas. C'est dans les moments délicats qu'il m'a épaté : ce jeune attaquant ne s'est jamais caché et il a chaque fois remis les pendules à l'heure. Il est fort, très fort dans sa tête. " Consultant pour la chaîne de télévision sportive serbe SOS, Spira Grujic (ex-RWDM, Anderlecht, Twente, La Haye) abonde dans le même sens : " Il a mûri comme footballeur et en tant que personnalité. Quand il a signé à Anderlecht, ce grand costaud était encore un enfant. Un an plus tard, Mitrovic est devenu un homme qui a tiré les leçons de sa première saison en Belgique. A 18 ans, on a besoin de temps et de patience. Il gardera ce caractère explosif qu'on découvre à chacun de ses buts. Aleksandar existe par ses goals. Il en va ainsi pour tous les vrais buteurs. C'est une race à part et le caractère constitue un de leurs atouts les plus importants. C'était à lui de trouver le bon équilibre, d'exploiter son punch, son caractère de gagnant tout en restant lucide, rusé, imperméable aux tentatives de déstabilisation des autres, au stress, à la renommée. Les émotions, ça se maîtrise plus facilement à 25 ans. " " Au Partizan de Belgrade, il était connu pour ses sautes d'humeur souvent typiques des joueurs soumis à de grosses pressions. Comme tant de promesses de chez nous, il a été catapulté des jeunes au top à la vitesse de l'éclair, après un bref crochet au FK Teleoptik, club filial du Partizan. Chez nous, cela passe ou cela casse à 18 ans. Il faut faire preuve de caractère quand tout se joue en aussi peu de temps. Mitrovic y est parvenu et c'est aussi pour cela qu'il sera appelé à jouer un jour au top européen. " " Il a déjà progressé d'au moins 20 % dans tous les domaines et ce n'est qu'un début. Il a fait le meilleur des choix en optant en faveur d'Anderlecht pour effectuer ses premiers pas à l'étranger. D'autres jeunes Serbes ont choisi tout de suite l'argent et les grands championnats étrangers et beaucoup s'y sont perdus. Mitrovic gère parfaitement le début de sa carrière. Les deux parties sont gagnantes : Anderlecht touchera un jour plus du triple de son prix d'achat et Mitrovic sera totalement prêt pour tenter sa chance dans un top club européen. Moi, à sa place, je resterais encore deux ans à Anderlecht. " Le poulain de Jestrovic est suivi à la trace par des hordes de chasseurs de buteurs. Toujours aussi solide, sympathique et populaire auprès des supporters anderlechtois, Jestrogoal analyse attentivement tout le remue-ménage autour de Mitrovic. Si ce denier a préféré Anderlecht à d'autres offres, c'est grâce à Jestro qui a un plan de gestion de la carrière de son armoire à glaces. " C'est une pépite ", dit-il. " Aleksandar vit totalement pour son métier. La saison passée, il a enchaîné, sans prendre de repos, championnat de Serbie, Euro des U 19, équipe nationale A, matches européens du Partizan de Belgrade, transfert à Anderlecht : c'était énorme. Il a répondu à l'attente, a progressé et ce n'est qu'un début. Cet été, il a enfin eu le temps de recharger ses accus. Il est revenu la tête fraîche et a très vite retrouvé la forme et un solide rythme de croisière. C'est un très grand professionnel. Oui, il y a de l'intérêt pour lui presque tous les jours, de partout, mais nous ne changerons pas notre fusil d'épaule. Nous mesurons l'importance de ce qui se passe pour lui à Anderlecht. " Jestro place intelligemment ses pions, jette certainement des regards vers demain : " Oui, Benfica est venu frapper à la porte. " Les Portugais viennent de vendre Lazar Markovic à Liverpool. L'itinéraire de Mitrovic devrait ressembler à celui de Markovic qui a signé un contrat de quatre ans à Liverpool. Prix de la transaction : 25 millions d'euros. L'ancien prodige serbe de Benfica n'a que 20 ans, Mitrovic 19 et tous les deux ont été formés au Partizan de Belgrade. " Ils ne sont pas du tout comparables : Markovic est un ailier, Mitrovic vit en pointe et il est, de loin, notre finisseur numéro 1 ", signifie Grujic." Ces deux cas, parmi d'autres, soulignent les atouts de nos jeunes. Je vois du talent partout mais les clubs sont sans le sou. Pour s'en sortir, ils cèdent leurs meilleurs jeunes à de puissantes agences qui les laissent parfois encore un an ou deux en Serbie. Ce fut le cas pour Markovic qui rapporta 5 millions d'euros au Partizan. Mais c'est l'agence et Benfica qui ont empoché la plus-value. " Jestrovic travaille avec l'agence StellarGroup (Top 2 mondial de la corporation) qui possède entre autres Gareth Bale. Mais c'est Jestrovic qui tient les cartes, plus que Stellar Group. Les liens entre l'agent d'une part, le joueur et sa famille d'autre part, sont extrêmement solides. Les choix de Jestro, qui a privilégié Anderlecht, se sont avérés judicieux et il a ainsi séduit la famille Mitrovic. Rien ne se fera sans la bénédiction de Nenad. Arsenal et Chelsea (José Mourinho apprécie Mitrovic, le piste et avait été élogieux à son propos après l'Euro des U 19 de 2013 où il fut élu meilleur joueur) le gardent à l'oeil. A-t-il déjà le niveau pour se distinguer en Angleterre ? " Il est tout cas en train d'acquérir le bagage nécessaire pour réussir un jour en Premier League ou, selon moi, en Bundesliga qui lui conviendrait peut-être encore mieux ", explique Jovanovic. " Quand Romelu Lukaku a signé à Chelsea, j'ai été un des premiers à déclarer que Romelu était taillé pour le football anglais. Il n'a pas réussi à s'imposer à Chelsea mais n'a pas craqué, a mérité son transfert définitif à Everton et compte dans le championnat anglais. Mitrovic est très fort de la tête, s'exprime dans le rectangle Mais, même s'il doit marquer pour exister, il est plus qu'un pivot. Ses autres qualités, de relayeur et de passeur, se révéleront au fil du temps. " Le clan Mitrovic refuse d'attacher la charrue avant les boeufs. " C'est la saison des premières confirmations ", nous dit son papa, Ivica. " Nous recevons tous les jours des propositions de toute l'Europe. Il n' y a qu'une priorité pour le moment : Anderlecht. Grâce à Jestrovic, mon fils a signé un contrat de cinq ans. En principe, nous y ajouterons une année supplémentaire. Les négociations se font dans un excellent climat et cela signifie que tout le monde est content. Anderlecht a trouvé ce qui lui convenait, Aleksandar aussi. Anderlecht a mis les petits plats dans les grands afin de faciliter son intégration dans sa nouvelle équipe et dans un autre pays, la Belgique. Anderlecht a même engagé une dame d'origine serbe, Mila Djelosevic, qui l'aide en cas de petits problèmes. John Vanden Brom l'a soutenu ou conseillé et il en va de même bien entendu avec Besnik Hasi qui, de plus, parle aussi le serbo-croate. Je ne suis pas étonné par les progrès d'Aleksandar car il y a beaucoup de travail individuel et collectif derrière tout cela. Et quand viendra le moment du départ, ce sera pour l'Angleterre. Cela a toujours été l'intention d'Aleksandar. A ce moment-là, que ce soit fin 2014-15, ou plus tard, il mesurera certainement tout ce qu'Anderlecht aura signifié dans sa carrière. " Après avoir été coach du FC Teleoptik, filiale du Partizan qui y place ses meilleurs jeunes ZvonkoVarga (ex-Liège et Seraing) est redevenu T2 des Champions de Serbie. Il a noté attentivement l'affirmation de Mitrovic et ses progrès anderlechtois ne l'étonnent pas du tout : " A la télévision, je l'ai vu jouer sans problème, que ce soit avec Cyriac ou Matias Suarez. C'est un buteur mais pas un égoïste. Je le trouve plus serein qu'il y a un an. A mon avis, il n'est pas l'homme d'un seul système. Il rend tout autant de services en 4-4-2 qu'en 4-3-3. Comme il est robuste et souvent bien placé, le football belge et ses duels aériens, lui convient parfaitement pour le moment ; c'est la transition idéale avant de franchir un autre palier. " " Il sera certainement une des pierres angulaires du nouveau coach national serbe : DickAdvocaat qui s'appuiera sur les jeunes pour reconstruire l'équipe nationale serbe. Le technicien néerlandais saura serrer la vis avec eux. Championnat de Belgique, Ligue des Champions, éliminatoires de l'Euro : les rendez-vous importants se multiplient pour un jeune de 19 ans. Chez nous, on a vite compris que les grands moments ne l'effrayent pas. Il monte tout simplement en puissance à Anderlecht. Mitrovic se prépare depuis longtemps à aller loin. " PAR PIERRE BILIC - PHOTOS : BELGAIMAGE" C'est dans les moments délicats qu'il m'a épaté : il a chaque fois remis les pendules à l'heure. Il est fort, très fort dans sa tête. " Milan Jovanovic, agent