1 Tu ne crains pas l'accueil des supporters de Malines ? Ils vont peut-être te reprocher de les avoir abandonnés en pleine saison ?

Je comprendrais absolument certaines réactions négatives ! Je comprendrais même que tout le stade me siffle ! J'y retourne comme adversaire, c'est logique que le public de Malines soutienne Malines et pas Aleksandar Jankovic. Tant pis s'il y a de l'hostilité donc, je préfère retenir que je resterai un ami de ce club pour la vie, que mon départ s'est fait dans de bonnes conditions, que Malines m'a permis de rebondir après une décharge d'énergie énorme avec l'Etoile Rouge et l'équipe nationale, que je coachais en même temps. J'avais besoin de poser mes valises et mes idées dans un environnement plus calme, dans la sérénité, dans la confian...

Je comprendrais absolument certaines réactions négatives ! Je comprendrais même que tout le stade me siffle ! J'y retourne comme adversaire, c'est logique que le public de Malines soutienne Malines et pas Aleksandar Jankovic. Tant pis s'il y a de l'hostilité donc, je préfère retenir que je resterai un ami de ce club pour la vie, que mon départ s'est fait dans de bonnes conditions, que Malines m'a permis de rebondir après une décharge d'énergie énorme avec l'Etoile Rouge et l'équipe nationale, que je coachais en même temps. J'avais besoin de poser mes valises et mes idées dans un environnement plus calme, dans la sérénité, dans la confiance. J'ai trouvé tout ça là-bas. Malines m'a permis de faire un pas important dans ma carrière. Je vais tout faire pour gagner ce match. Pas parce que c'est Malines mais parce que c'est la compétition. Bien sûr ! Et j'ai énormément de respect pour le boulot qu'il a abattu au Standard. Chaque entraîneur viré est déçu, c'est inévitable. Ce milieu n'est qu'un cimetière. Son C4 n'était pas très logique ? Mais le foot est fait de plein de choses illogiques. Fallait-il virer Slavo Muslin l'année dernière après seulement cinq matches ? Fallait-il virer Yannick Ferrera après le départ difficile cette année ? Jelle Van Damme est venu s'entraîner avec nous il y a quelques semaines, il m'a dit : " J'ai eu 12 entraîneurs en cinq ans au Standard, ce n'est pas normal. " Ferrera a choisi de rebondir directement dans un club chaleureux comme Malines, il a fait le bon choix. L'Etoile Rouge, ça te blinde un coach ! J'avoue que j'avais du mal avec ça quand j'avais 35 ans. On gagnait cinq matches d'affilée, il y avait 99 % d'avis positifs mais je me focalisais sur le petit pourcent négatif. Je me cassais la tête. A Malines, on a fait une série historique de sept victoires consécutives, et là aussi, il y avait des remarques négatives. Mais j'avais évolué entre-temps et ça me perturbait déjà beaucoup moins. Non, je ne peux pas les rassurer puisque je ne sais pas moi-même s'ils seront un jour dans l'équipe ! Je ne peux pas faire de promesses. C'est d'abord à eux de gérer la situation. Je demande des choses très précises à l'entraînement, je leur donne des tâches puis je les observe. Celui qui donne tout, s'il a des qualités, il jouera tôt ou tard. Ça, c'est une certitude. Celui qui ne joue jamais, il doit comprendre qu'il lui manque quelque chose dans cette ambiance de concurrence. J'espère qu'un jour, j'aurai une vingtaine de gars qui provoqueront chez moi un casse-tête, qui me mettront la pression, qui m'obligeront à réfléchir énormément à mes compositions. J'ai déjà aligné pas mal de joueurs différents, ça montre qu'il n'y a rien de figé dans mes raisonnements. Il y en a l'un ou l'autre qui est revenu de loin et qui joue maintenant. Il y en a qui ne jouent jamais, ça veut dire qu'ils ne m'ont encore rien montré. Ou pas assez. En un peu plus de deux ans, on a laissé filer pas mal de joueurs importants, le club a très bien vendu, et j'ai réussi deux ou trois fois à recharger cette équipe avec des jeunes. J'ai créé un système capable de se ressourcer sans trop d'investissements. PAR PIERRE DANVOYE" Je comprendrais que tout le stade de Malines me siffle ! "