Du 8 au 16 novembre, le TAS va se pencher sur le dossier concernant l'entraîneur d'athlétisme Alberto Salazar et le médecin Jeffrey Brown. En octobre 2019, les deux hommes ont été suspendus pour quatre ans, suite à l'enquête de l'agence américaine antidopage, l'USADA, qui a duré six ans.
...

Du 8 au 16 novembre, le TAS va se pencher sur le dossier concernant l'entraîneur d'athlétisme Alberto Salazar et le médecin Jeffrey Brown. En octobre 2019, les deux hommes ont été suspendus pour quatre ans, suite à l'enquête de l'agence américaine antidopage, l'USADA, qui a duré six ans. Salazar a été suspendu pour avoir "mis en place et facilité des pratiques de dopage" alors qu'il était l'entraîneur principal du Nike Oregon Project, qui devait permettre à des coureurs de fond de briguer de nombreuses médailles. Le projet a été enterré suite à la suspension de Salazar. L'USADA accuse l'entraîneur d'avoir fourni, entre autres, de la testostérone aux athlètes. L'Américain de 61 ans aurait également trafiqué les contrôles antidopage. Il nie toutes les accusations et se pourvoit donc en appel au TAS. Jusqu'à présent, l'AMA, l'agence mondiale antidopage, n'a suspendu aucun athlète du projet Oregon. On y trouve des grands noms tels que le Britannique Mo Farah, les Américains Matthew Centrowitz et Galen Rupp, ainsi que la Néerlandaise Sifan Hassan. Nike continue à soutenir Salazar et va jusqu'à payer les frais occasionnés par les poursuites. L'entraîneur américain est contesté depuis longtemps. En 2015 déjà, la BBC a diffusé un reportage sur ses pratiques. Le rapport de l'USADA les décrit également, de même que, depuis peu, un livre édifiant, Win At All Costs: Inside Nike Running and Its Culture of Deception, rédigé par un journaliste d'investigation, Matt Hart, qui reconstruit de manière très détaillée le déroulement du Nike Oregon Project.