Vision tactique

4-4-2 avec accent sur l'organisation défensive. " Une équipe forte se construit par l'arrière ", dit-il. Pour ce qui est de l'offensive, il compte sur l'instinct de ses joueurs. Il considère les attaquants comme les premiers défenseurs. Demande aux joueurs d'un même compartiment de ne jamais se trouver sur la même ligne.
...

4-4-2 avec accent sur l'organisation défensive. " Une équipe forte se construit par l'arrière ", dit-il. Pour ce qui est de l'offensive, il compte sur l'instinct de ses joueurs. Il considère les attaquants comme les premiers défenseurs. Demande aux joueurs d'un même compartiment de ne jamais se trouver sur la même ligne. Arsène Wenger, qui fut son entraîneur à Nancy, est un deuxième père pour lui. Il se soigne et garde une démarche souple mais altière. Regarde les gens droit dans les yeux, ce qui impressionne parfois. Marié à Renata, une Italienne. Père de Lucile (22) et Luana (17). Loge à Bruxelles mais rentre chaque week-end à Metz où sa famille habite. Son dada c'est la motivation et inscrit des slogans au tableau noir. En match, des vestiaires, il demande à ses joueurs de toujours sortir et rentrer ensemble. Il sait être sévère mais trouve toujours l'équilibre entre la critique positive et négative à l'égard des joueurs. Souvent de longues sessions : jusqu'à trois par jour au début. Est très présent. Met l'accent sur l'organisation défensive, les contre-attaques et le repli rapides, le jeu de position, le pressing et les phases arrêtées. Utilise le ballon pour presque chaque exercice. Pratique régulièrement le fitness, le vélo ou le jogging. A déjà couru un semi-marathon en 1 h 25'. Surveille de près son alimentation. Avale chaque jour trois litres d'eau. A pratiqué le yoga. Est très psychologue, charmant et cordial mais cache son jeu. Passionné de ski alpin, son premier sport dans les Vosges, sa région d'origine. Aime le rugby et le cyclisme. Apprécie un bon repas amical. Vêtu d'un survêtement, il vit pleinement son match. Toujours en short à l'entraînement. Prudentes. Il évite les mots brusques qui pourraient heurter les susceptibilités. Critique quasi pas ses joueurs, ses collègues ou les arbitres dans la presse. Evite parfois les questions difficiles en affirmant que l'adversaire était plus fort et en mettant l'accent sur le match suivant. A joué 400 matches de D1 française. Possède le certificat DEPF, le diplôme le plus élevé délivré en France. A été limogé partout où il a travaillé, sauf à La Louvière et à Mons. Travailleur, discipliné, lève-tôt, chaleureux. C'est dans les milieux ouvriers qu'il se sent le mieux. Il adore la solidarité (il sert toujours les mains de tout le monde) et prend le temps de parler avec les supporters et les volontaires du club. " Tout le monde doit défendre, tout le monde peut attaquer ".