Le coach de La Louvière avait le triomphe modeste après son tout premier match en Belgique, à Charleroi (2-5). Il n'y a pas eu photo : même si la rencontre a été faussée par l'exclusion de Mahamoudou Kéré après une demi-heure, les Loups ont montré qu'ils avaient plus de foot dans les pieds que les Zèbres.
...

Le coach de La Louvière avait le triomphe modeste après son tout premier match en Belgique, à Charleroi (2-5). Il n'y a pas eu photo : même si la rencontre a été faussée par l'exclusion de Mahamoudou Kéré après une demi-heure, les Loups ont montré qu'ils avaient plus de foot dans les pieds que les Zèbres. Albert Cartier : Non, je l'ignorais. C'est une bonne chose d'avoir comblé cette lacune. Certainement pas. Nous avons encaissé deux buts : c'est un aspect qu'il faudra travailler. Si nous voulons progresser, il faudra commencer par travailler le jeu défensif. Nous avons su être efficaces sur nos premières vraies occasions : cette efficacité a directement compliqué la tâche de Charleroi. Je ne vois jamais plus loin que le match qui vient. Ce qui m'occupe aujourd'hui, c'est la visite du Cercle Bruges. L'objectif global du club est le même aujourd'hui qu'au moment de mon arrivée : assurer le maintien dès que possible. A côté de cela, je veux aider la RAAL à travailler plus en profondeur que dans le passé. Tout passera par la formation. Nous avons choisi d'intégrer au noyau quatre jeunes du centre de formation... pardon de l'école de jeunes du club ! C'était l'équipe d'un jour. J'ai pris les joueurs qui me semblaient les mieux préparés et j'ai aussi composé en fonction des qualités spécifiques de Charleroi. Sélectionner, ce n'est pas mettre les 11 meilleurs mais le meilleur 11. Le visage de La Louvière pourrait très bien changer fortement pour le deuxième match. J'imagine que certains joueurs auront mal supporté la chaleur de dimanche. Il y en a qui n'auront sans doute pas récupéré pour le week-end. Les équipes qui ont joué samedi soir ont peut-être pris un petit avantage par rapport à celles qui sont entrées en lice dimanche après-midi. Des scouts de Blackburn étaient à Charleroi. S'il reste, je suis sûr qu'il peut faire une très grande saison. Mais je ne suis pas sûr qu'il sera encore chez nous dans quelques semaines. J'ai été footballeur : je sais que le vent peut tourner très vite. C'est le nom du club qu'ils devaient scander, pas le mien. (P. Danvoye)P.Danvoye