Encore une (triste) histoire belge... Nommé récemment entraîneur de La Louvière, le Français Albert Cartier est un diplômé de haut rang. Il a les papiers pour diriger Lyon, champion de France. Ou Marseille, finaliste de la Coupe de l'UEFA. Ou Monaco, finaliste de la Ligue des Champions. Mais ces diplômes ne suffisent pas pour travailler chez les Loups. Il est victime de la fédération française qui, soucieuse de réserver ses clubs de L1 à une majorité ...

Encore une (triste) histoire belge... Nommé récemment entraîneur de La Louvière, le Français Albert Cartier est un diplômé de haut rang. Il a les papiers pour diriger Lyon, champion de France. Ou Marseille, finaliste de la Coupe de l'UEFA. Ou Monaco, finaliste de la Ligue des Champions. Mais ces diplômes ne suffisent pas pour travailler chez les Loups. Il est victime de la fédération française qui, soucieuse de réserver ses clubs de L1 à une majorité de coaches de l'Hexagone, n'a pas reconnu les diplômes étrangers. Par esprit de revanche, l'UEFA ne reconnaît pas le diplôme français. Donc, l'Union Belge non plus. Il suffira, pour qu'il puisse travailler chez nous, que le staff comprenne un homme possédant la qualification requise. Que l'homme en question compose l'équipe ou se contente de cirer les godasses n'a aucune importance. Aberrant... Albert Cartier : Je suis très serein. Je compte sur la direction de La Louvière pour trouver une solution. Il y a quand même des gens intelligents dans le football. Je préfère me concentrer sur ma découverte du club et la préparation de la saison. Je suis seulement étonné qu'on crée des problèmes pareils à une époque où on ne parle que d'une grande Europe. C'est le DEPF, Diplôme d'Entraîneur Professionnel de Football. Le plus élevé en France. Pour l'obtenir, il faut passer par un grand nombre d'étapes. C'est un processus qui dure très longtemps. Avant d'attaquer le premier stade, il faut déjà avoir suivi un écolage de formateur pendant six ans. Vous voyez qu'un retraité qui voudrait acquérir le DEPF n'aurait aucune chance... Il faut commencer assez tôt. Le DEPF comprend des cours de techniques d'entraînement et de lecture du jeu, bien sûr, mais aussi des modules de marketing, gestion financière, etc. Ainsi qu'un stage dans un club étranger dont il faut connaître la langue. Moi, j'ai fait mon stage à la Juventus. Oui. Ma femme est italienne, ça a facilité les choses ! Je progresse bien dans cet apprentissage. Je vais au Tivoli une journée par semaine et je rencontre un maximum de personnes : le staff technique, l'équipe médicale, le commercial, le délégué, le magasinier, etc. Je ne voudrais surtout pas nager dans le brouillard quand les entraînements commenceront. (P. Danvoye)Recueilli par Bruno Govers