Le parquet possède des déclarations selon lesquelles Mario Espartero aurait proposé à Nordin Jbari de fausser des matches il y a un an et demi. Les faits remontent à la saison 2004-2005 quand Jbari jouait à Gand et Espartero à La Louvière. Avant le match du 3 décembre 2004 entre les deux équipes, ce dernier aurait demandé à l'avant de chercher Geoffray Toyes (...

Le parquet possède des déclarations selon lesquelles Mario Espartero aurait proposé à Nordin Jbari de fausser des matches il y a un an et demi. Les faits remontent à la saison 2004-2005 quand Jbari jouait à Gand et Espartero à La Louvière. Avant le match du 3 décembre 2004 entre les deux équipes, ce dernier aurait demandé à l'avant de chercher Geoffray Toyes (maintenant à Mouscron) dans le rectangle, pour que celui-ci provoque un penalty. La semaine passée, comme d'autres Louviérois, Jbari a été invité au parquet pour interrogatoire. Il nie sur tous les tons : " Pourquoi me cite-on et ne dit-on pas que Chris Benoit, le manager sportif de La Louvière, essaie de dénoncer les joueurs à la police ? " Sofiane Zaaboub, un coéquipier d'Espartero au FC Brussels, aurait été présenté par celui-ci à Zheyun Ye cette saison. Le président Johan Vermeersch a été averti. " Je n'ai pas de preuves mais mon directeur technique, Dimitri Mbuyu, est chargé de prendre congé d'Espartero et de Zaaboub le 30 juin. Je ne veux prendre aucun risque, compte tenu de notre rôle vis-à-vis des jeunes Bruxellois. Espartero est sous contrat pour un an. S'il veut jouer dans le noyau B, qu'il le fasse. Albert Cartier est au courant ". Espartero n'était pas bien intégré. Cartier et lui se fréquentaient beaucoup, au foyer des joueurs, dans la tribune, au restaurant. Des témoignages font état des rencontres de Cartier et de Ye mais le coach tient bon : " Je ne l'ai jamais rencontré ". Il renvoie à son avocat pour d'autres questions. Vermeersch : " Ce qu'il a fait à La Louvière ne m'intéresse pas. Je m'occupe de sa déontologie au Brussels ". En parlant de déontologie, un club peut-il encore discuter avec Laurent Denis ? Vermeersch : " Je trouve que non ". Tiens, pourquoi le Brussels l'a-t-il fait récemment alors ? Vermeersch : " Parce que je ne pouvais faire autrement ! Il pense pouvoir continuer à embêter les gens. Il est venu me voir pour Makassi en Selemani, deux de nos joueurs dont il défend les intérêts, document à l'appui. Je suis obligé de lui parler jusqu'au 30 juin. Après, fini ! De tels personnages n'ont aucun scrupule ". J. HAUSPIE