Le 13 janvier dernier, AlanHaydock a fêté ses 40 ans. Un cap symbolique pour le Bruxellois qui avait tourné le dos au football professionnel en 2010 après une dernière à l'échelon national à Tubize. Auparavant, il avait porté le maillot du RWDM, de La Louvière et du FC Brussels. Depuis, le résident de Lembeek a endossé un autre costume et s'épanouit dans une carrière qu'il n'aurait jamais imaginé embrasser auparavant.
...

Le 13 janvier dernier, AlanHaydock a fêté ses 40 ans. Un cap symbolique pour le Bruxellois qui avait tourné le dos au football professionnel en 2010 après une dernière à l'échelon national à Tubize. Auparavant, il avait porté le maillot du RWDM, de La Louvière et du FC Brussels. Depuis, le résident de Lembeek a endossé un autre costume et s'épanouit dans une carrière qu'il n'aurait jamais imaginé embrasser auparavant. " Quand j'ai décidé d'arrêter le football professionnel, j'ai eu l'opportunité de travailler pour la Mutualité Neutre, qui fut une expérience enrichissante. J'ai grimpé les échelons rapidement jusqu'à devenir directeur opérationnel et avoir plus de trente personnes sous ma responsabilité. Cela m'a également donné l'occasion de voyager au Congo afin d'y développer un projet international et sur le plan humain, cela a été fantastique. Malheureusement, après trois ans, il y a eu une restructuration et comme souvent dans ces cas-là, les derniers arrivés en font les frais. J'ai toutefois rapidement rebondi et je m'éclate désormais dans l'immobilier, un secteur qui m'a toujours passionné mais que je ne connaissais pas davantage. " C'est donc dans l'agence Century 21 Prodomo de Hal que travaille désormais celui que la presse avait surnommé " Le petit prince du stade Edmond Machtens " et qui fut même présélectionné chez les Diables rouges sous RenéVandereycken. " J'ai beaucoup de chance parce que j'ai été engagé dans l'agence la plus prolifique de tout le Benelux ", explique-t-il avec un sourire. " Nous sommes six et, évidemment, notre mission est de détecter des biens puis de les vendre. Je suis dans une région qui marche du tonnerre puisque je couvre le Pajottenland ainsi que la périphérie bruxelloise. Et, de nos jours, il y a de plus en plus de résidents de la capitale qui cherchent un peu de quiétude en s'éloignant. C'est un métier qui est beaucoup plus humain qu'on ne le pense, parce que l'on ne peut pas forcer les gens à acheter une maison sur un coup de tête comme ce serait le cas pour une télévision ou une voiture. Ici, il s'agit parfois de l'investissement d'une vie et je prends beaucoup de plaisir dans ce que je fais. " Alan Haydock n'a pas définitivement tiré un trait sur le monde du football pour autant puisqu'il entraîne encore le SK Hal, le club de son coin où il a terminé sa carrière. " Mon fils Owen y joue en U15. Il est médian défensif comme moi ", rappelle celui qui fut pourtant... attaquant de pointe pendant de nombreuses années ! " En novembre 2013, les résultats étaient mauvais et ThéoBuelinckx, le papa d'Yves, a été remercié et la direction m'a proposé de prendre le relais. J'avoue que devenir coach, j'y pensais depuis longtemps mais la possibilité s'est présentée bien plus tôt que prévu. Nous avons tout de même été relégués en fin de saison parce que nous avions accumulé trop de points de retard mais depuis, le moins que l'on puisse dire, c'est que tout va bien puisque nous venons d'être promus deux fois de suite et la saison prochaine, le SK Hal jouera en D2 Amateurs. " De là à s'ouvrir une nouvelle vocation et abandonner l'immobilier ? Alan réfute cette idée : " Non, absolument pas. Je suis épanoui parce que je peux désormais profiter d'une vie de famille. C'est vrai que les résultats plaident en ma faveur et que j'ai gardé quelques contacts dans le monde du football. Je garde par exemple un respect indéfectible pour HermanVanHolsbeeck, avec qui je suis encore en relation, mais d'un autre côté, je ne suis pas malheureux d'avoir tourné le dos au strass et aux paillettes. Je suis discret depuis que j'ai arrêté et je ne sais pas si j'aurais envie de revenir sur la scène comme cela... Le football m'a ouvert des portes mais je n'ai jamais utilisé la moindre relation à mon avantage parce que je n'ai jamais voulu être catalogué comme étant un profiteur. On verra donc ce que la vie me réserve mais actuellement, je suis un homme de 40 ans bien dans ses pompes. " PAR DAVID DUPONT" Je ne suis pas malheureux d'avoir tourné le dos au strass et aux paillettes " - ALAN HAYDOCK