Une semaine après l'affaire Aoulad, le Sporting de Charleroi est confronté à une nouvelle défection après l'officialisation de la signature d'Hervé Kage à Gand... en juillet prochain, à la fin de son contrat. Cette rumeur était dans l'air depuis plusieurs mois et met fin à un bras de fer entre le médian et Charleroi. Le milieu de terrain de 23 ans avait rencontré la direction gantoise et donné son accord dès l'été 2012 pour rejoindre les Bleu et Blanc à l'issue de cette campagne, les Buffalos (Buffles) profitant donc de la gratuité de Kage. Longtemps, la direction carolo a espéré prolonger le joueur afin de palper une éventuelle indemnité de transfert, voire à le pousser vers OHL qui proposait 350.000 euros. Le joueur, lui, n'a jamais voulu manger sa parole.
...

Une semaine après l'affaire Aoulad, le Sporting de Charleroi est confronté à une nouvelle défection après l'officialisation de la signature d'Hervé Kage à Gand... en juillet prochain, à la fin de son contrat. Cette rumeur était dans l'air depuis plusieurs mois et met fin à un bras de fer entre le médian et Charleroi. Le milieu de terrain de 23 ans avait rencontré la direction gantoise et donné son accord dès l'été 2012 pour rejoindre les Bleu et Blanc à l'issue de cette campagne, les Buffalos (Buffles) profitant donc de la gratuité de Kage. Longtemps, la direction carolo a espéré prolonger le joueur afin de palper une éventuelle indemnité de transfert, voire à le pousser vers OHL qui proposait 350.000 euros. Le joueur, lui, n'a jamais voulu manger sa parole. Au bout du compte, Gand a finalement annoncé le transfert de l'ancien Anderlechtois. Pourtant, dans cette affaire, les dirigeants gantois sont loin d'avoir joué franc jeu. D'après nos informations, ils ont conclu le deal avec Kage cet été en toute illégalité. En effet, la réglementation prévoit qu'un club ne peut rentrer directement en contact avec un joueur avant les six derniers mois de son contrat. Si Gand a franchi la ligne rouge, le club de l'ancien président de la Ligue Pro, Ivan De Witte, très à cheval sur le respect du règlement, devra en répondre devant la Ligue dont le président actuel, Ludwig Sneyers, avait déjà été alerté par Mehdi Bayat en novembre, lorsque les rumeurs d'arrangement entre Gand et Kage avaient fleuri. De plus, on peut également mettre en doute le calcul de Gand. Le joueur n'est pas hors de prix (entre 350.000 et 500.000 euros, un peu plus si le Sporting avait réussi à le prolonger) et acter l'achat si tôt place Kage dans une situation difficile pour la fin de la saison. En effet, Charleroi ne compte plus faire appel à lui. Non seulement parce que les dirigeants carolos se sentent trahis par un joueur qu'ils avaient aidé, entouré et protégé lors de son passage en prison en mai dernier. Mais aussi parce qu'en se mettant sous certificat médical le 11 décembre, ils jugent désormais le joueur hors forme. Si Kage était l'homme en vue du début du championnat, sa situation a rapidement basculé. Dans un premier temps réserviste, il a totalement disparu de la circulation (il n'a plus joué une minute depuis le 28 novembre dernier). Ses relations avec Yannick Ferrera se sont très vite dégradées également. D'après le joueur, le coach carolo aurait profité de la situation " de la non-prolongation de contrat " pour l'écarter de l'équipe. Puis est arrivée l'histoire du certificat médical. Le joueur prétend avoir rentré un certificat médical pour cause " de dépression " le 11 décembre, pour une durée d'un mois. A Charleroi, on a raconté que le joueur a rentré plusieurs certificats et ce pour éviter de se rendre aux entraînements. Mehdi Bayat, l'administrateur délégué, n'a pas voulu faire de grandes déclarations, affirmant simplement " vouloir prendre contact avec Gand pour éclaircir la situation ". Un entretien entre Mehdi Bayat et Ivan De Witte a eu lieu début de semaine et les Carolos espèrent bien pouvoir libérer le joueur dès cet hiver contre une légère compensation financière. Si aucun arrangement entre Gand et Charleroi n'est trouvé, le Sporting n'en restera pas là. Et devra trouver une solution pour le joueur. Ne pouvant plus, réglementairement parlant, le placer dans un noyau B, ils ne veulent pas non plus que la situation de Kage pollue le reste du groupe. Si Kage doit prester les six derniers mois de son contrat à Charleroi, nul doute qu'il bénéficierait d'un programme d'entraînement individualisé. Une semaine après le départ d'Aoulad, voilà donc Ferrera privé d'un nouvel élément talentueux. Or, le noyau du Sporting n'en regorge pas. Pourtant, à Charleroi, on refuse de céder à la panique, certains n'hésitant pas à dire que l'équipe tourne mieux depuis que Kage est sous certificat médical... PAR THOMAS BRICMONT ET STÉPHANE VANDE VELDEKage avait rencontré la direction gantoise et donné son accord dès l'été 2012.