Comment occupez-vous vos loisirs?

Peter Voets (34 ans) : Je passe beaucoup de temps devant mon ordinateur, à faire des recherches. Je construis des avions qui fonctionnent sur télécommande dont j'obtiens les informations sur Internet. Le modèle moyen fait 1,50 mètre de long mais j'en ai également de deux mètres. J'aime aussi jouer au basket dans le jardin avec les enfants.
...

Peter Voets (34 ans) : Je passe beaucoup de temps devant mon ordinateur, à faire des recherches. Je construis des avions qui fonctionnent sur télécommande dont j'obtiens les informations sur Internet. Le modèle moyen fait 1,50 mètre de long mais j'en ai également de deux mètres. J'aime aussi jouer au basket dans le jardin avec les enfants. Avez-vous des préférences musicales?Essentiellement la musique néerlandaise. J'adore Clouseau. Je n'ai pas assisté à son concert au Sportpaleis d'Anvers mais nous venons de nous rendre à un concert de Bryan Adams. Bien que ce ne soit pas tout à fait mon genre, ça en valait la peine. Je préfère en général écouter la radio que des CD. De quel objet êtes-vous fier, chez vous?De mon ballon. Les supporters de St-Trond me l'ont offert en 1998-1999. Ils m'avaient élu joueur le plus méritant. C'est un beau souvenir, dont je suis très fier.Qui admirez-vous le plus?Ma femme! Elle travaille et en plus, elle assure une part importante des tâches ménagères. Je l'aide mais c'est quand même elle qui fait le plus gros du travail. En sport, j'admire beaucoup Kim Clijsters et Justine Henin. Quelles prestations à un âge encore tendre!A la maison, suivez-vous toutes les émissions possibles de football à la TV?Non, certainement pas. Je suis évidemment le championnat belge mais je n'éprouve pas le besoin de voir tous les matches qui sont diffusés. Je ne resterai pas non plus à la maison juste pour voir un match.Quelle est votre meilleur souvenir, sportif et privé ?Sur le plan personnel, c'est la naissance de mes deux filles, Lieze et Sofie, respectivement âgées de sept et quatre ans. Sportivement, le titre de St-Trond en D2 et les festivités qui ont marqué l'événement.Quelle période de votre vie aimeriez-vous revivre?Toutes! J'aimerais recommencer ma vie et je suis certain que je referais exactement les mêmes choses. Chaque période a eu ses charmes et m'a apporté quelque chose. La seule chose que je modifierais peut-être, c'est que, durant ma jeunesse, je sortirais davantage. Avant, ce n'était vraiment pas possible, à cause du football. Ce n'était pas accepté. Mais je ne peux pas me plaindre et d'ailleurs, je me rattrape maintenant! (il rit)A quoi ressemblent vos vacances idéales?J'aime paresser au soleil, dans un pays chaud où je peux me reposer et où on mange bien. Le soleil et l'eau,c'est tout ce qu'il me faut.Comment décririez-vous Ingrid?Comme une personne adorable, toujours prête à aider les autres. Pour moi, elle est sans conteste la femme idéale.Qu'estimez-vous important dans l'éducation de vos enfants?Ils doivent bien écouter. L'école est très importante aussi. Ils doivent s'appliquer. Nous essayons aussi de les intégrer de notre mieux dans la société.Etes-vous croyant?Parfois mais je perds ma foi quand il se passe des choses très graves. La mère d'Ingrid est décédée il n'y a pas longtemps. Nous avons prié pour elle et nous sommes allés à la messe mais je ne parvenais pas à y croire vraiment (Il observe un silence).Etes-vous superstitieux?Quand même. Quand nous gagnons un match, la semaine suivante, je refais exactement la même chose. Par exemple, j'emprunterai le même itinéraire pour rejoindre le stade. Le jour du match, je mange toujours la même chose.Votre vie serait-elle différente si vous ne partagiez pas le quotidien d'un footballeur?Ingrid Ramakers (31 ans): Certainement car actuellement,notre existence tourne quand même autour du football. Nous ne pouvons jamais partir en week-end avec les enfants. Il est aussi très difficile de prend des vacances ensemble, depuis que Lieze va à l'école. Elle est en période d'examens à l'école quand Peter a congé et quand les grandes vacances commencent, Peter doit reprendre l'entraînement. Nous devons donc passer les vacances d'été à la maison en espérant que la météo sera bonne. Aimez-vous le football?Oui, heureusement.J'assiste à tous les matches à domicile. Une baby-sitter s'occupe des enfants. Par contre, je reste à la maison lors des matches en déplacement. Pendant les grandes vacances,les enfants viennent de temps en temps supporter leur père.L'argent et le luxe sont-ils importants pour vous?L'argent facilite évidemment la vie mais à mes yeux, la santé occupe la première place. Le cas échéant, j'échangerais volontiers luxe et argent contreune bonne santé.Imaginez que Peter puisse refaire sa carrière et qu'il joue longtemps à l'étranger...Oh, ça aurait essentiellement dépendu de l'argent. Mais nous avons toujours délibérément préféré rester à St-Trond. Nous sommes très attachés à notre famille. Nous pensons aussi aux enfants, évidemment. Le bonheur de notre famille vient en premier lieu.Suivez-vous la mode?J'essaie de la suivre dans les grandes lignes mais pas au point de ne plus mettre ce que j'ai acheté l'année dernière.Etes-vous sportive?Plus depuis un an. Avant, je jouais régulièrement au squash avec une amie. Ma mère est décédée en septembre dernier et depuis, je n'ai plus la tête à tout ça. J'ai quand même l'intention de m'y remettre un de ces jours.Quelles sont les tâches ménagères dévolues à Peter?Il s'occupe des enfants et il débarrasse la table.Surveillez-vous son alimentation?Non, pas vraiment. Le jour du match, il mange des spaghetti avec un steak de cheval. Sinon, nous consommons beaucoup de pâtes, car toute la famille en raffole.Parlez-nous de Peter?Il peut difficilement dire non. Il essaie de faire le bien. Parfois, il est trop vite content. Il fait rapidement des concessions lorsqu'il négocie un contrat, par exemple. Nous vivons dans l'aisance et ça lui suffit. Il n'a pas besoin d'être très riche.Quelle est votre plus grande source d'anxiété?Qu'il arrive quelque chose à Peter ou aux enfants. Mon Dieu, je n'ose y penser... Dans la tribune, parfois, je suis très anxieuse en suivant le match. C'est la quatrième année de suite que Peter doit être opéré, aux environs de mars-avril. Il ne reste pas longtemps à terre, pendant un match. S'il demande de l'aide, c'est que c'est vraiment sérieux.Imaginez que vous puissiez changer une chose en vous-même...Je suis assez colérique et j'aimerais changer. Heureusement, ça passe généralement aussi vite que ça arrive. J'aimerais aussi être plus mince.Et en Peter?Qu'il se batte davantage pour lui-même. Comme je le disais, il est trop vite content.Ilse Peleman