Cristiano Ronaldo est au sommet de son art. Un soliste dans un sport collectif. Le charme du football, dit-il, est qu'on peut y briller collectivement et individuellement. Dans cet ordre. Le Portugais n'apparaît jamais blasé lors des cérémonies officielles, comme l'attribution d...

Cristiano Ronaldo est au sommet de son art. Un soliste dans un sport collectif. Le charme du football, dit-il, est qu'on peut y briller collectivement et individuellement. Dans cet ordre. Le Portugais n'apparaît jamais blasé lors des cérémonies officielles, comme l'attribution du prix du Footballeur Européen de l'Année. Il n'a pas son pareil pour se vendre. Tout le contraire de Lionel Messi qui n'a toujours pas réussi à prononcer un mot d'anglais. Les deux stars ont des caractères totalement différents : Ronaldo est un travailleur infatigable qui est déjà à pied d'oeuvre en salle de musculation à 7 heures du matin, alors que Messi se base exclusivement sur son talent. Lors de la conférence de presse officielle, on a demandé à Ronaldo qui il voyait briller au firmament du football européen lorsque le règne de Messi et le sien seront terminés. Il a réfléchi un instant, puis a cité son coéquipier Marco Asensio, le milieu de terrain dont la clause libératoire a été contractuellement fixée à 500 millions d'euros. Il a aussi cité Ousmane Dembélé, le milieu de terrain français récemment transféré du Borussia Dortmund à Barcelone, et... Eden Hazard. Ronaldo suit encore très attentivement la Premier League, surtout son ancien club de Manchester United. Raison pour laquelle il s'est senti obligé de citer également Marcus Rashford parmi les vedettes du futur, mais seulement pour faire bon genre.