Serge Baguet n'était pas un orateur. Il préférait s'exprimer à coups de pédales. Tout le monde a donc été très étonné, voici deux ans, lorsqu'il a déclaré publiquement qu'il souffrait d'un cancer du côlon. Il voulait ainsi inciter les citoyens à subir rapidement un dépistage en cas de problème.
...

Serge Baguet n'était pas un orateur. Il préférait s'exprimer à coups de pédales. Tout le monde a donc été très étonné, voici deux ans, lorsqu'il a déclaré publiquement qu'il souffrait d'un cancer du côlon. Il voulait ainsi inciter les citoyens à subir rapidement un dépistage en cas de problème. La carrière de Serge Baguet a connu deux volets. D'abord anonyme du peloton, il est revenu après une interruption de trois ans et est devenu un coureur méritant. Chez les jeunes, Baguet avait remporté facilement des dizaines de courses mais, une fois passé professionnel, il ne suivait plus. Il était capable de montrer sa classe par moments mais manquait de résistance. Il a porté le maillot de Lotto pendant cinq ans et celui de Vlaanderen 2002 pendant un an mais, hormis des victoires d'étapes au Tour du Limousin et au Tour de Grande-Bretagne, il n'a guère fait parler de lui. Fin 1996, déçu, il a décidé de raccrocher son vélo et d'aller travailler sur les toits avec son beau-père. Cette vie lui plaisait, il était destiné à reprendre l'entreprise et en 1998, lorsque l'affaire Festina a éclaté, Baguet a eu la certitude que, dans le peloton, tout le monde ne luttait pas à armes égales. Pour lui, le cyclisme, c'était une perte de temps. Jusqu'à ce qu'en 1999, Jef Braeckevelt, directeur sportif adjoint chez Lotto, parvienne à le convaincre de tenter à nouveau sa chance au sein de l'équipe qu'il avait représentée pendant cinq ans. Cette fois, Baguet s'est directement affirmé comme un bon coureur. En 2001, il remporte une étape du Tour de France et se jette dans les bras de Braeckevelt. Une image émouvante de deux personnes montrant rarement leurs sentiments. Serge Baguet s'est encore classé troisième de l'Amstel Gold Race et deuxième de Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Sa victoire d'étape au Tour de France lui a même permis de gagner une vache qu'il a fait ramener en Belgique. Mais le point culminant de sa carrière est son titre de champion de Belgique en 2005 à Saint-Hubert, où il a battu Kevin Van Impe au sprint. Bizarrement, après un total de onze saisons, son contrat chez Lotto n'a pas été renouvelé. Il est passé chez Quick Step où il est devenu un porteur d'eau très apprécié parce qu'il ne se cachait jamais. Il n'a remporté aucune course sous le maillot tricolore mais personne ne lui en a voulu car il compensait par un engagement sans faille pour l'équipe. Après sa carrière, il a lancé une agence d'organisation d'événements qui mettait notamment sur pied des stages cyclistes en Espagne. C'est là que, victimes de violentes douleurs au ventre, il a été hospitalisé d'urgence. Les examens ont permis de déceler une tumeur. Il s'est battu contre la maladie mais a fini par perdre le combat. Il avait 47 ans. JACQUES SYS