Adresse : Via Filippo Turati 3, 20 121 Milano
...

Adresse : Via Filippo Turati 3, 20 121 Milano Tél. : 00 39 02 62281 Fax : 00 39 02 659 88 76 ; 00 39 02 622 85 685 Internet : www.acmilan.com Palmarès européen : 1963, 69, 89, 90, 94, 2003 (C1), 1968, 73 (C2)De nombreux autres joueurs, notamment plus créatifs, pourraient disputer à Paolo Maldini le titre de vedette absolue. Mais Rivaldo n'a pas encore été génial depuis qu'il est en Lombardie, l'entraîneur a des alternatives pour Rui Costa et Shevchenko et d'autres ont encore tout à prouver. Ce que Maldini, 35 ans déjà, ne doit plus faire. Il avait 10 ans lorsqu'il enfila pour la première fois la vareuse rouge et noire de l'AC Milan. Il devait bien devenir Milanista. Son père Cesare avait été le premier footballeur italien à brandir la Coupe d'Europe des Clubs Champions : c'était pour Milan, en 1963 à Wembley. Les six fils de Cesare ont tous grandi dans la cité du Dôme. Nils Liedholm est le premier à avoir fait débuter le " fils de Cesare " contre l'Udinese, le 20 janvier 1985. Paolo avait alors 16 ans. Deux ans plus tard, son père, alors entraîneur des Espoirs italiens, lui dit qu'il devait travailler deux fois plus que les autres pour éviter toutes les accusations de népotisme. Force est de constater qu'il a rassuré son père : sur les 15 trophées internationaux glanés par Milan depuis ses débuts, il fut présent à 10 reprises. Il fut sacré champion d'Italie à six reprises et possède le record de sélections avec la Squadra Azzurra, dont il prit congé après la Coupe du Monde 2002. Cette saison est la 20e de Maldini en Serie A. Au printemps dernier, son contrat à Milan a été prolongé jusqu'en 2005, à des conditions moins avantageuses il est vrai (-30 %). Une aventure à l'étranger ne l'a jamais tenté. " Je suis né à Milan, mon père était capitaine, j'ai gagné davantage que perdu des trophées ". Lors de la finale remportée à Old Trafford en mai dernier, il portait son fils de sept ans, Christian dans ses bras. Il paraît que c'est l'un des grands talents chez les jeunes de Milan...Après une période de préparation presque ratée, l'entraîneur Carlo Ancelotti est revenu d'un système en 4-3-2-1 vers sa tactique habituelle de 4-4-2, qui permit à Milan de remporter la C1 cette année. Concrètement, Ancelotti a surtout le choix parmi de nombreux médians. Le gardien brésilien Dida s'est imposé l'an dernier comme titulaire incontesté, au détriment du portier italien n°3, Abbiati. Devant le Brésilien, le seul nouveau défenseur qui semble sûr de sa place est l'arrière droit Cafu au tempérament offensif, au détriment du Croate Simic, plus défensif. Les certitudes de la défense centrale sont Maldini et Nesta, à gauche le Géorgien Kaladze revient dans le parcours après sa blessure. Les autres noms en défense sont l'inusable Costacurta et Pancaro (ex-Lazio). Devant, le duo Shevchenko-Inzaghi demeure le premier choix. Les options sur les flancs sont surprenantes, en ce sens que Rui Costa (à droite) et Seedorf (à gauche) sont des médians centraux qui doivent travailler pour le bien de l'équipe. Ancelotti prend le risque de ne pas aligner un nombre considérable d'éléments portés essentiellement vers la défensive puisque tant le Portugais que le Hollandais ne le sont pas. En fait, le coach milanais a porté son choix sur deux joueurs capables de conserver le ballon, ce qui est somme toute logique quand on veut que son équipe soit le plus longtemps possible en possession du ballon. En tout cas, il n'y a pas beaucoup d'arracheurs de ballons dans cette formation. Lorsque Milan ne domine pas, Cafu glisse vers la ligne médiane, avec Simic en couverture. Comme médians défensifs, l'association entre la bête de travail Gattuso et le génie tactique de Pirlo fonctionne bien. C'est alors au nouveau venu brésilien Kakà et à Rivaldo qui doit se reprendre après une saison décevante, de faire le jeu. Tout cela alors que l'Argentin Redondo attend aussi sa chance. C'est pourquoi, Milan a laissé partir Albertini à la Lazio. Dans une disposition en 4-3-2-1, Inzaghi est l'avant de pointe, avec Rui Costa et Rivaldo en soutien, et au centre le trio Gattuso-Pirlo-Ambrosini.Ancelotti n'aligne pas beaucoup d'arracheurs de ballon