" Le Ghana prend part à la Coupe du Monde, un honneur que le meilleur joueur de son histoire, Abedi Pelé, n'a jamais connu. Deux entraîneurs belges ont joué un rôle important dans sa carrière : Raymond Goethals et moi-même. En 1988, cet artiste avait déposé ses bagages à Marseille après être passé par les Dragons de l'Ouémé, les Chamois Niortais, Mulhouse, etc. Cette année-là, j'avais assisté à un tournoi triangulaire à Auxerre où se produisait entre autres l'OM. Quelques semaines plus tard, j'ai reçu un coup de fil de ...

" Le Ghana prend part à la Coupe du Monde, un honneur que le meilleur joueur de son histoire, Abedi Pelé, n'a jamais connu. Deux entraîneurs belges ont joué un rôle important dans sa carrière : Raymond Goethals et moi-même. En 1988, cet artiste avait déposé ses bagages à Marseille après être passé par les Dragons de l'Ouémé, les Chamois Niortais, Mulhouse, etc. Cette année-là, j'avais assisté à un tournoi triangulaire à Auxerre où se produisait entre autres l'OM. Quelques semaines plus tard, j'ai reçu un coup de fil de Bernard Tapie : -Vous étiez au stade de l'Abbé-Deschamps. Etait-ce par intérêt pour un de nos joueurs ? Lille, vous pensez bien, ne pouvait même pas rêver d'une vedette du Stade Vélodrome. Le caviar, ce n'était pas à portée de notre bourse. Tapie m'étonna : -J'ai un problème avec Abedi Pelé. Il ne s'entend pas avec Jean-Pierre Papin. Un des deux doit quitter le club et ce sera Abedi Pelé. S'il intéresse Lille, je peux faire un prix.Moi, je ne demandais pas mieux. C'est évidemment le directeur technique de Lille, Charly Samoy, qui s'est occupé du volet financier de cette acquisition. Et Pelé nous en a offert du bonheur en ravitaillant nos trois attaquants : Gaston Mobati, Erwin Vandenbergh et Filip Desmet. Abedi Pelé adorait les deux buteurs belges du LOSC. Marseille est revenu le chercher en 1990. Lille l'avait acquis pour moins de ce qui devait correspondre à 500.000 euros et l'a cédé au club d'où il venait pour 2.250.000 euros, si mes souvenirs sont bons. Cette bonne affaire prouve que nous avions bien bossé avec lui. On m'en parle encore à Lille. Raymond-la-Science avait besoin de ce magicien. Il fut de l'aventure lors des deux finales de la Coupe d'Europe des Champions de l'OM : défaite contre l'Etoile Rouge Belgrade en 1991, succès face à l'AC Milan (1-0) en 1993. C'est " mon " Abedi Pelé qui signa l'assist du but historique de Basile Boli. Il est entré dans la légende de l'OM, bien sûr, mais aussi du football africain dont il fut un grand ambassadeur en Europe. A côté de son trophée européen, il a conquis trois titres de champion de France et a obtenu trois fois le Ballon d'or africain. Je garde le souvenir d'un véritable amoureux du football et du beau jeu. Il était doté d'une vista exceptionnelle. Il savait à l'avance ce qu'il allait faire de ses ballons. Je n'oublie pas sa belle personnalité. Abedi Pelé savait être très drôle. Il parlait français avec une belle pointe d'accent anglais. A l'heure des bonnes farces qui dérident un groupe, il trouvait Desmet aussi facilement que sur le terrain. " né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing).propos recueillis par pierre bilic