En battant Anderlecht (2-1), le Sporting de Charleroi a réussi la performance de la 7e journée. Les Carolos ont signé leur première victoire à domicile de la saison et ont battu des Bruxellois qui n'avaient plus perdu au stade du Pays de Charleroi depuis 1998. Avec une organisation sans faille et un jeu rapide en contres, les Carolos poursuivent leur bon début de saison. Dans le système de Jacky Mathijssen, Abdelmajid Oulmers a réussi à trouver sa place. En deux matches, le petit Mar...

En battant Anderlecht (2-1), le Sporting de Charleroi a réussi la performance de la 7e journée. Les Carolos ont signé leur première victoire à domicile de la saison et ont battu des Bruxellois qui n'avaient plus perdu au stade du Pays de Charleroi depuis 1998. Avec une organisation sans faille et un jeu rapide en contres, les Carolos poursuivent leur bon début de saison. Dans le système de Jacky Mathijssen, Abdelmajid Oulmers a réussi à trouver sa place. En deux matches, le petit Marocain (1m73) a signé deux buts. Contre Anderlecht, il a véritablement donné le tournis à la défense des champions de Belgique. Oulmers : Il y a une vraie solidarité au niveau du groupe et on voit le résultat par rapport à l'année passée. Il y a 11 guerriers sur le terrain sans oublier les remplaçants. Depuis le début du championnat, l'organisation n'a pas bougé. On respecte les consignes de l'entraîneur et on va faire le maximum pour continuer sur cette lancée. C'est vrai que l'année passée, on aurait craqué après un tel but. Mais cette saison, l'entraîneur insiste pour qu'on ne lâche rien. On a été sèchement battu contre La Louvière mais on a continué à jouer de façon positive. Et on a réussi à se remettre en question pour l'emporter la semaine suivante au Standard. Contre Anderlecht, on a su repartir de l'avant suite à l'égalisation. Cependant, je pense que les Bruxellois se contentaient du match nul avant la Ligue des Champions. On a vraiment souffert en première mi-temps. Pendant 25-30 minutes, on a lutté avec nos armes pour résister à Anderlecht. Les Bruxellois sont toujours en mouvement et on a dû trouver nos marques face à Pär Zetterberg et Aruna Dindane, qui ne cessait de décrocher. Mais en 2e mi-temps, nous nous sommes montrés plus solides. J'avais remarqué lors d'une précédente phase arrêtée que je n'étais pas marqué. J'ai alors pris ma chance et j'ai inscrit ce but de la tête. Cependant, il faut inclure dans la réalisation Laurent Macquet dont la passe était parfaite. Ces buts sont importants pour ma confiance mais ils ne comptent véritablement que si l'équipe l'emporte. Dante Brogno et Jacky Mathijssen m'ont dit de jouer de façon plus libérée et pour le moment, cela fonctionne. J'ai fait un pari avec Toni Brogno. Si je marque du droit ou de la tête, il me paye les croissants et si c'est l'inverse, c'est moi qui m'y colle. Cette semaine, c'est lui qui passera à la boulangerie. (S. Vande Velde)S. Vande Velde