Mai 2000, alors que Scifo se rend compte dans quelle pétaudière il a mis les pieds, c'est l'arrivée triomphale du sauveur, avec plein de projets, d'argent et de belles promesses. Naïveté de notre part d'y croire ? Pas tant que ça, vu que c'est un milliardaire, Manager de l'Année, précédé d'une fameuse réputation de gestionnaire qui débarque providentiellement chez nous !
...

Mai 2000, alors que Scifo se rend compte dans quelle pétaudière il a mis les pieds, c'est l'arrivée triomphale du sauveur, avec plein de projets, d'argent et de belles promesses. Naïveté de notre part d'y croire ? Pas tant que ça, vu que c'est un milliardaire, Manager de l'Année, précédé d'une fameuse réputation de gestionnaire qui débarque providentiellement chez nous ! Trois ans après, où est-on ? Nulle part, ou plutôt si : au bord du gouffre ! Toutes les belles promesses sont mortes et enterrées. Sportivement, on régresse d'année en année. Le top 5 et l'Europe, ça n'a jamais été possible. Aujourd'hui, on se demande qui va nous marquer des buts en 2003-2004 ... Le spectacle au Mambourg pour y attirer plus de monde ? C'est tout le contraire : de moins en moins de spectacle et de moins en moins de monde. Confiance aux jeunes issus d'un centre de formation à la française ? Pfiu, encore une belle illusion : on va chercher à gauche et à droite des mercenaires, qui s'ils ne sont pas tous des klètes (il faut bien l'avouer) n'en sont pas moins peu déterminés ou carrément désintéressés du sort de notre club. Financièrement, c'est pire ! A son arrivée, la dette était grosso modo de 6 millions d'euros. Aujourd'hui, elle est de 15 voire 17 millions. Qui le sait vraiment, tant tout est nébuleux ! A part son apport personnel d'environ un gros million d'euros, qu'a-t-il apporté ? Des emprunts, des emprunts et encore des emprunts ! Il est " caution en premier rang " de certains de ces emprunts : la belle affaire ! Il a, lui-même déclaré qu'il n'injecterait plus un centime au Sporting. Alors, ces emprunts, qu'il faudra bien rembourser à un moment ou à un autre, qui va les rembourser ? Sans parler des multiples dettes non avouées comme celles auprès de tous ces petits fournisseurs qui préfèrent se taire, pour le moment, au risque de tout perdre. Personne n'est dupe : heureusement que la plainte de l'ONSS a été examinée à Charleroi et nulle part ailleurs, sans quoi il y a deux mois que le Sporting aurait déjà été déclaré en faillite ! Les employés payés à 80 %, quand ils ont la chance de ne pas être licenciés. Les joueurs payés irrégulièrement ou pas du tout (l'avis de Lendvaï serait édifiant à ce sujet). Humainement : fiasco total également ! Bourdes diverses et déclarations maladroites se succèdent à la TV, dans les journaux et périodiques. A l'heure actuelle, il en est, à menacer les journalistes locaux s'ils ne sont pas plus gentils ! Vis-à-vis des supporters, c'est pire encore ! Il se présentait comme un homme de dialogue mais il est incapable d'accepter la moindre critique ! Un soir de novembre 2002, il commet sa première grosse erreur vis-à-vis de nombreux supporters : la fermeture du forum officiel pour de fallacieux prétextes racistes, alors que son cher neveu n'y était pas (déjà) allé avec le dos de la cuillère pour dénigrer la région et les gens qui l'habitent ! Dernièrement, le même sinistre neveu ne trouve rien de mieux que de traiter ces mêmes supporters de vermine. Trois fois déjà, le président est venu faire le paon en tribune, espérant, sans doute, un " dysfonctionnement " de l'un ou l'autre, histoire de pouvoir justifier de nouvelles répressions... Et il voudrait encore nous faire croire que ça va s'arranger ? Il prend vraiment les gens pour des crétins ! M. Bayat, vous avez joué, vous avez perdu ! Payez ce que vous devez et partez ! Merci d'avance. Au nom des clubs de supporters de Charleroi : Bande à Baloo, Boys, Black White Storm Ultra et Lateral Boys Charleroi. Joël Cherton, Soignies